Des « mers d’huile » sur Titan

Publié le 07 mai 2019

Les dernières découvertes de Daniel Cordier, chercheur du laboratoire de « spectrométrie moléculaire et atmosphérique » de la faculté des sciences de Reims (GSMA) et de sa collègue Nathalie Carrasco du laboratoire « atmosphères, milieux, observations spatiales » (Latmos) de l’université de Versailles, tous deux affiliés au CNRS, viennent d’être publiées dans la revue scientifique britannique Nature Geoscience spécialisée en sciences de la terre.

Extrait de l'article du site de l'INSU :

Titan, la grande lune de Saturne, est après la Terre le haut lieu de la chimie organique du système solaire. Cette chimie produit de nombreuses espèces, dont la plupart finissent par sédimenter au sol. Une autre caractéristique majeure de Titan est la présence, dans ses régions polaires, de mers contenant un mélange liquide de méthane et d’éthane. Le radar de la sonde Cassini a montré que la surface de ces mers est généralement extrêmement lisse. Cette propriété étonnante s’explique très bien par l’existence d’une fine nappe organique à la surface des mers, formée par les précipitations atmosphériques. L’effet d’amortissement des vagues par un tel dépôt est beaucoup plus fort sur Titan que sur Terre.