Le mot du Directeur

Xavier COQUERET

Création de l'ICMR

L’Institut de Chimie Moléculaire de Reims (ICMR) a été créé le 1er janvier 2008 par regroupement de deux laboratoires de la Faculté des Sciences Exactes et Naturelles et d’un laboratoire de la Faculté de Pharmacie.

Unité mixte de Recherche de l’Université de Reims Champagne Ardenne et du Centre National de la Recherche Scientifique, l’ICMR, UMR CNRS 7312, regroupe un total de 130 personnes environ, dont 75 permanents et une soixantaine de doctorants et chercheurs contractuels.

Structuré en 5 groupes autour d’un projet scientifique où la chimie moléculaire joue le rôle de pivot disciplinaire, l’ICMR mène une activité de recherche associant :
- la synthèse (organique, de coordination, macromoléculaire),
- la maîtrise de la réactivité et la sélectivité,
- les méthodes séparatives et l’analyse structurale organique,
- l’étude des relations structure – propriétés, dans les différents domaines d’intérêt des équipes.

Les thématiques
Les intitulés des groupes donnent une vision plus précise des thématiques couvertes au sein de l’ICMR :

  • Méthodologie en synthèse organique
  • Biomolécules : synthèse et mécanismes d’action
  • Chimie de coordination
  • Isolement et structure
  • Polymères fonctionnels et réseaux

En parcourant les pages consacrées à la présentation plus détaillée des chercheurs, de leurs activités et de leurs principaux résultats, le visiteur de notre site prendra la mesure du fort interfaçage entre les activités à caractère fondamental en chimie moléculaire et …

  • la chimie fine
  • les sciences du vivant
  • l’environnement (diagnostic, préventif, remédiation)
  • les matériaux de structure ou fonctionnels

Une orientation forte, la chimie des agromolécules…

Une orientation forte, suite à un mouvement initié il y a une quinzaine d’années, donne une place privilégiée à la chimie des agromolécules, pentoses, acide tartrique, amidon, lignines, saponines. Le contexte actuel dans ses volets sociétaux, notamment environnemental et économique, nous incite à exercer le métier de chimiste moléculaire en relevant le défi de l’association des procédés propres et du carbone renouvelable.

Le logo que s’est donné l’ICMR exprime cette dualité d’intérêt tout à fait général et planétaire représenté par une molécule fonctionnelle verte, tout en marquant son ancrage régional exprimé par l’épi de froment et la grappe de raisin. Les co-produits de ces deux ressources régionales, et de bien d’autres encore, offrent au « chercheur bien dans son siècle » la possibilité d’explorer une chimie nouvelle. Si le contexte est exigeant (principes de la chimie verte, réglementation REACH) et les attentes nombreuses, les opportunités de contribuer significativement à de nouvelles avancées sont à la portée de nos projets et des chercheurs qui les conduisent.

logo de l'ICMR
Le contexte universitaire, alliance de la formation et de la recherche …

L’ICMR développe son activité dans un contexte multiple.

Son implantation universitaire lui donne des missions alliant Formation et recherche.

Les enseignants-chercheurs de l’ICMR contribuent à la formation de chimistes et de pharmaciens. Ils apportent également une formation de base en chimie à des scientifiques et technologues axés sur d’autres disciplines (œnologues, physiciens, ingénieurs spécialisés).

Des membres du laboratoire sont responsables de Masters (Professionnel et/ou Recherche) et participent à des formations spécialisées de haut niveau. Une page dédiée à ces activités sera prochainement accessible sur notre site [lien en travaux]. Nous invitons les étudiants souhaitant acquérir une formation sur mesure, de prendre contact avec nos collègues [liens en travaux AH, FD]. La bonne articulation entre enseignement théorique, recherche en laboratoire et stages industriels est le gage d’une formation réussie, valorisable par un emploi dans les secteurs public ou privé, ou encore par une poursuite d’étude bien préparée vers un autre projet professionnel.

L’interdisciplinarité …

L’appartenance du groupe Biomolécules : synthèse et mécanismes d’action et du groupe Isolement et Structure à l’Institut Fédératif de Recherche Interactions Cellules - Microenvironnement (IFR 53, Pr. F.-X. Maquart) souligne l’implication de l’ICMR dans le domaine de la Santé, au travers de travaux en collaboration avec des biologistes sur des substances actives, des produits cosmétiques et/ou des outils de diagnostic.

Au travers de programmes régionaux (Contrats de projets Etat Région 2007-2013) et d’animation des activités de recherche et de formation du Pôle de compétitivité Industries et Agroressources (Champagne-Ardenne et Picardie), l’ICMR est fortement impliqué dans des projets de recherche amont ou d’études finalisés dans le domaine des agromolécules, des agromatériaux, de la pollution des eaux et des sols par les traitements phytosanitaires.

Ces projets impliquent les chercheurs de l’ICMR dans une approche interdisciplinaire de problèmes complexes où l’apport des sciences chimiques et des méthodes analytiques avancées est essentiel.

Un réseau national et international …

L’ICMR développe sa présence dans des projets de collaboration formalisés et définis sur des objectifs prioritaires de ses diverses thématiques. L’activité menée dans le cadre des réseaux et groupements de recherche du CNRS, des projets labellisés par l’Agence Nationale de la Recherche ainsi que les collaborations avec nos principaux partenaires internationaux apparaît sous forme de brèves dans la page du site correspondante " Brèves ".

La valorisation et les relations industrielles …

Les travaux réalisés dans nos domaines d’expertise donnent lieu à de nombreux partenariats avec le secteur industriel, grands groupes internationaux (Arcelor-Mittal, Astra Zeneca, EADS, Guerbet, Lonza, l’Oréal, Sanofi-Aventis, Schneider Electric), mais aussi de PME (Agro-industries Recherche Développement). La page réservée aux actualités sur ce thème permet de suivre nos activités.

Pour terminer …

A la fin de ces quelques lignes de présentation, j’invite le lecteur internaute à visiter les pages plus détaillées de notre site et à ne pas hésiter à prendre contact avec les différents responsables scientifiques en charge d’un groupe ou d’une thématique pour plus de précisions sur nos activités et nos travaux.

Chaque année, l’ICMR a la capacité d’accueillir une trentaine d’étudiants stagiaires de divers niveaux (L3, Master 1 et 2). Une dizaine de sujets de thèse avec financement sont proposés et des opportunités de stage post-doctoral existent tout au long de l’année.

Les thématiques de recherche sur lesquelles nous concentrons nos efforts sont attrayantes. L’encadrement scientifique et les moyens analytiques mis à disposition donneront au jeune chercheur motivé un environnement propre à l’épanouissement d’un projet personnel bien construit.

Je vous invite à consulter nos pages d’annonces classées, et peut-être à bientôt !

Xavier Coqueret

note :
L’ICMR relève de quatre sections du Comité National de la Recherche Scientifique

  • Section 11 Systèmes supra et macromoléculaires : propriétés, fonctions, ingénierie
  • Section 12 (principale) Architectures moléculaires : synthèses, mécanismes et propriétés
  • Section 14 Chimie de coordination, interfaces et procédés
  • Section 16 Chimie du vivant et pour le vivant : conception et propriétés de molécules d'intérêt biologique