Le 100ème vol du AirCore a eu lieu à Reims

Publié le 16 mars 2020

Le 100ème vol du AirCore a eu lieu à Reims (site ICOS "mdh-Reims" - Responsable Lilian Joly)

Démarré en 2013 sur un financement CNES et Polytechnique, le projet AirCore-France a vu le nombre de vols de cet échantillonneur atmosphérique (https://ges-trainou.aeris-data.fr/quest-ce-quun-aircore/) augmenté au fil du temps. Des lâchers réguliers sont désormais organisés à Aire-sur-l'Adour, Trainou et Reims. Des vols ont été réalisés de façon ponctuelle à Clermont-Ferrand et lors des campagnes BSO annuelles du CNES au Canada, en Suède ou en Australie.

Les profils de CO2 et CH4 ainsi mesurés entre la surface et 30 km d'altitude ont d'ores et déjà permis de valider des mesures de colonnes de gaz par satellites, d'évaluer des simulations de modèles de transport atmosphérique ou d'étudier l'age de l'air dans la stratosphère.

Le site "mdh-Reims" dispose d'une infrastructure de vol sous ballon stratosphérique permanent (avec 2 vols tous les mois) qui a accueilli de nombreux laboratoires : Météo France, CNRM, LMD, LSCE, CNES, LPC2E (mars 2020) et d'autres collaborations vont voir le jour prochainement. Nous avons la capacité de faire des mesures de profil de CO2,CH4,H2O, CO, O3, P, T, RH, Aérosol. Nous disposons également d'un EM27 (financé par l'URCA) qui permet d'enregistrer la colonne intégrée du CO2,CH4 et CO (responsables Hamid Hamdouni/Bruno Grouiez) . Nous sommes également en train de mettre en place une tour de mesure (2020) pour avoir l'un des sites les plus instrumentalisés de France. Le site du GSMA fait partie du réseau ICOS (https://www.icos-ri.eu/), c'est une infrastructure de recherche européenne, disposant d'un statut juridique d’ERIC, qui se base sur des réseaux nationaux d’observations dans l'atmosphère, à la surface des océans et des écosystèmes terrestres avec des centres thématiques centralisés pour le traitement des données et la mise au point d’instruments plus performants. ICOS a le statut de TGIR (Très Grande Infrastructure de Recherche). Ce réseau a pour objectif scientifique la compréhension des cycles biogéochimiques globaux des principaux gaz à effet de serre additionnel (CO2, CH4, N2O) perturbés par les activités humaines et la quantification des bilans des émissions ou des puits de ces gaz à effet serre à l’échelle régionale (100-300 km) en Europe centrale, là où le réseau de mesure est le plus dense. Les mesures des concentrations atmosphériques de ces gaz permettent de quantifier les flux de surface et leur variabilité, en étant assimilées dans des modèles numériques du transport atmosphérique. L’extension du réseau ICOS à la dimension verticale est une inflexion importante qui est proposée sur les sites de Trainou, Aire sur l'adour et à Reims, afin de pouvoir combiner mesures au sol avec les mesures par satellite de contenus intégrés du CO2 et du CH4, dans le contexte d’une très forte implication française et européenne dans la télédétection spatiale des gaz à effet de serre (missions MICROCARB, MERLIN, SENTINEL-5P et SENTINEL-CO2).

Pour plus d'information contactez : lilian.joly@univ-reims.fr

AirCore