Laboratoire REGARDS

L’unité est organisée en quatre axes (présentés par ordre alphabétique dans le tableau des données de production), dont les trois premiers constituent la base historique de l’unité, le dernier ayant été créé en 2016 après le comité de visite de l’Hcéres :

  • l’axe « Développement Durable et Agro Ressources » (DDAR) – 19 enseignants-chercheurs – porte les projets en bioéconomie et transition écologique, priorités stratégiques de l’établissement. L’axe étudie les différentes formes de bioéconomie au niveau territorial dans différents écosystèmes et filières, ainsi que la transition vers l’usage de ressources renouvelables et la valorisation de matériaux biosourcés. Il se propose aussi d’analyser les politiques publiques mises en œuvre (évaluation) ou à mettre en œuvre (préconisations) en matière de développement durable et de transition écologique. Il a été animé de 2016 à 2018 par Franck-Dominique Vivien (Responsable) et Sylvie Benoit (co-responsable), puis Sylvie Benoit (responsable) et Nathalie Berta (co-responsable).
  • l’axe « Santé, Protection Sociale et Economie Sociale » (SPSES) – 11 enseignants-chercheurs – développe des recherches sur les mutations des systèmes de santé et leurs enjeux sur le territoire (désertification médicale, télémédecine, vieillissement), ainsi que sur les organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). La Chaire ESS, créée en 2008 par NEOMA Business School, a été intégrée à l’URCA en 2015. L’axe a été animé de 2016 à 2018 par Jean-Paul Domin, puis de 2018 à 2021 par Jean- Paul Domin (responsable) et Laëtitia Lethielleux (co-responsable), démissionnaire en mai 2021. Un nouveau binôme a été nommé en juillet 2021 : Samia Benallah (responsable) et Jean-Paul Domin (co- responsable).

  • l’axe « Biens Culturels, Consommation et Société » (BCCS) – 15 enseignants-chercheurs – travaille à la compréhension des dynamiques de marchés au travers, d’une part, les stratégies de patrimonialisation dans le domaine des biens culturels et, d’autre part, des innovations comportementales du côté des consommateurs et des firmes. Il est à l’origine de la création et de l’animation du réseau ALCOR (Alternative Consumption Research). L’axe a été animé de 2016 à 2018 par Philippe Odou, Laure Lavorata et Dominique Roux, puis de 2018 à 2021 par Philippe Odou (responsable) et Delphine Corteel (co-responsable), remplacée de juin 2020 à septembre 2022 par Louis-César Ndione puis à partir de septembre 2022 par Véronique Chossat-Noblot.

  • l’axe « Philosophie et Théorie Economiques » (PTE) – 5 enseignants-chercheurs – a été créé après la réussite au concours d’agrégation de Cyril Hédoin en 2014 et le constat fait par le comité de visite de l’Hcéres de la qualité de la production dans ce sous-champ. Les travaux qui y sont menés visent à étudier la nature des théories et des méthodes utilisées en économie et leurs implications, à interroger la place des économistes dans la construction du savoir, à questionner le rôle du scientifique pour penser le monde socio-économique. Ils fournissent un socle de réflexions pour aider les chercheurs et la société dans son ensemble à se saisir au mieux des enjeux sociaux et économiques parmi lesquels, les questions de justice, d’équité, de choix social ou, la place du savoir dans la décision politique. Cet axe a été animé de 2016 à 2018 par Cyril Hédoin, puis de 2018 à 2021 par Fabien Tarrit (responsable) et Jean-Sébastien Gharbi (co-responsable).

Cette structuration en quatre axes ne se réduit pas pour autant à un simple assemblage institutionnel. Elle correspond plutôt à la densification d’un certain nombre d’acquis, de compétences et de savoir-faire collectifs qui ont pris corps dans trois directions : i/ la prise en compte de l’imbrication du social et de l’économique, tant dans le domaine de la production que dans celui de la consommation ; ii/ l’appréhension du temps long et des dimensions patrimoniales des systèmes socio-économiques, mais aussi, celles du temps court et de leurs mutations et transitions (écologie, agroécologie, santé, consommation notamment) ; et iii/ l’articulation des niveaux micro/méso/macro dans l’analyse de ces systèmes.

Au-delà d’une structuration par axes, REGARDS se distingue par un périmètre disciplinaire qui intègre, en plus de l’économie/gestion, une collègue mathématicienne et trois sociologues. Parmi ceux-ci, deux ont obtenu l’HDR dans la période 2016-2020 (bien qu’à la fin du contrat, l’une soit en disponibilité depuis 2020 et l’autre ait quitté l’unité en passant PR en 2021). L’équipe couvre ainsi un spectre disciplinaire plus large que ses sous- domaines scientifiques principaux, notamment du fait d’une articulation étroite avec les unités d’enseignement de l’UFR Sciences Economiques, Sociales et de Gestion (SESG).