Formation, développement professionnel et formes éducatives

Le thème formation, développement professionnel et formes éducatives vise à saisir le développement professionnel d’individus exerçant des métiers d’interactions humaines à travers la diversité des environnements d’apprentissages auxquels ils sont confrontés. Le processus de développement est étudié :

- dans le cadre de dispositifs formels ou institués s’appuyant sur l’analyse de situations de travail des enseignants ;

- dans le cadre de structures ou de dispositifs moins formalisés ou institués qui relèvent de « l’éducation non formelle » en se centrant sur les processus d’apprentissages.

Lien avec la question de la professionnalisation

Les chercheurs du thème analysent le processus de professionnalisation sous l’angle de la professionnalité ou du développement professionnel d’individus exerçant des métiers d’interactions humaines en explorant leur activité professionnelle et son développement dans des situations de travail, de formation ou d’autres types d’environnements susceptibles de produire du développement selon des échelles et des temporalités différentes. Ce thème vise à saisir les processus de professionnalisation à travers la diversité des environnements d’apprentissages.

Le thème est structuré en deux sous-thèmes :

Le premier sous-thème « environnements d’apprentissages en formation d’enseignants » En décrivant le travail des professionnels tel qu’il s’exécute, les sciences du travail se démarquent de cette vision normative portée par « la rhétorique fonctionnaliste de la professionnalisation » (Saussez, 2014). Les sciences du travail ont ainsi fait émerger une autre façon d’envisager l’activité des professionnels mais aussi leur développement plus à même de rendre compte des situations de travail quotidiennes rencontrées par des individus, de leur travail réel (Clot, 2009) ainsi que des préoccupations qui les animent. L’activité du professionnel ne se limite pas au travail réalisé, aux prescriptions qui lui sont adressées ; le voulu, le possible et l’impossible font tout autant partie du réel du travail. Dans cette perspective, la professionnalisation n’est donc que la résultante du développement : un sujet qui réussit à développer ses compétences devient de fait un professionnel plus confirmé (Pastré, 2011), le milieu de travail, les environnements d’apprentissages (dispositifs de formation ou expériences de vie) permettant aux personnes de développer leurs potentialités et de transformer leur pouvoir d’agir (Clot, 2008).

Deux objets de recherche principaux sont investigués :

l’accompagnement des enseignants débutants ;
l’analyse de dispositifs collaboratifs associant un ou plusieurs formateur-chercheurs et enseignants expérimentés.

Les méthodologies utilisées se situent dans le champ de l’analyse du travail (enregistrements audio-vidéo de situations de travail et de situations de formation, autoconfrontations simple et croisée).

Le second sous-thème « formes éducatives et apprentissages informels » interroge le rôle formateur des expériences de vie. Il s’agit d’analyser non seulement les dynamiques ou les temporalités de formes éducatives alternatives, mais aussi la manière dont elles s’articulent, s’affranchissent des modèles formels. Les logiques des différentes formes éducatives s’entrecroisent et entrent parfois en concurrence : les apprentissages informels s’invitent dans le domaine scolaire et les structures éducatives extrascolaires et opèrent parfois une formalisation de leurs apprentissages qui s’apparente à la forme scolaire ce qui a évidemment des conséquences sur les acteurs de ces structures. Ce processus de professionnalisation s’incarne donc dans des formes éducatives nouvelles ou alternatives et implique de nouvelles normes en termes de professionnalité dans des domaines qui se sont longtemps opposés à ce processus. Face à ces mutations ce thème affiche donc l’ambition de mieux comprendre la diversité des situations d’apprentissages avec l’objectif d’identifier et de caractériser leurs rapports en précisant le rôle de l’environnement et des communautés de professionnels ou de pratiques (Lave et Wenger, 1991).

Membres du laboratoire concernés par le thème

Les enseignant-chercheurs titulaires : Stéphane Brau-Antony (PU 70), Yann Duceux (MCF 70), Vincent Grosstephan (MCF 70), Christian Martinez-Perez (MCF 19), Claire Mattéï-Mieusset (MCF 70), Virginie Messina (MCF 70), Thierry Philippot (MCF 70)

Les doctorant-e-s : Alexandre Booms, B Elodie Gagneux, Elodie Geas, Hamadoun Dicko, Valérie Berthaux, Laurent Gentil, Agnès Jung

Les associé-e-s : Gilles Baillat, Brigitte Gosso, Philippe Hentzen, Christine Jourdain, Albina Khasanzyanova, Sylvie Jurion, Daniel Niclot, Aurore Promonet, Sébastien Thilly