Innovation, création et justice spatiale

Les mondes de l’art et de la culture sont en mutation ; leur transition est causée par l’émergence d’une civilisation des écrans (Turkle, 2017) et par les effets de la crise sanitaire attachée au COVID qui transforment les pratiques et les représentations.

Notre projet analyse les pratiques et les représentations des artistes utilisant des technologies de codage (modélisation) et des données numériques (réalité virtuelle, la réalité augmentée, entre autres), puis les systèmes d’acteurs (institutionnels, industries culturelles et créatives) qui contribuent à la valorisation de leurs œuvres. Cette recherche est adossée à deux programmes structurants localisés à Reims et associant les MSHS des universités de Lorraine et d’Alsace : la plateforme COV-D dédiée à la captation de mouvement et financée par le CPER (responsable F. Piantoni pour l’URCA) d’une part, et le projet Entrepreneuriat Grand Est (responsable Elen Riot pour l’URCA) dont un des volets majeurs valorise l’innovation et l’entrepreneuriat de l’art d’autre part.

En cohérence avec les objectifs d’attractivité du territoire et d’excellence scientifiques que portent ces dispositifs, notre projet s’appuie sur trois enjeux complémentaires qui forment ses piliers :

  • Tout d’abord, nous plaçant du point de vue des créateurs confrontés aux technologies qui transforment leurs pratiques et modifient leurs trajectoires professionnelles, nous interrogerons la démarche entrepreneuriale en lien avec les industries culturelles et créatives.
  • ​Ensuite, nous plaçant du point de vue de la dialectique de l’histoire des arts et des techniques, nous mettrons en perspective le lien entre les connaissances scientifiques et les représentations partagées au sein des sociétés organisées.
  • Enfin, considérant l’accès à la culture et à la création au sein du Grand Est, nous analyserons l’attractivité des lieux de valorisation des œuvres (institutions culturelles entre autres) par le prisme de la justice spatiale et des inégalités territoriales.

Ce projet est construit sur 2 années. La méthodologie repose sur des entretiens semi-directifs en contexte avec 23 artistes (2022), puis par une enquête de terrain au sein des institutions culturelles qui sont partenaires de leurs projets (2023) soit une vingtaine d’entretiens encore.

L’ambition est le dépôt d’un projet de recherche ANR associant l’entrepreneuriat culturel, industrie créative et justice spatiale dans une perspective comparée à l’échelle internationale. L’objectif serait de mieux comprendre les déterminants, les polarisations (haut-lieux, hyperlieux) et les circulations transnationales de la création artistique attachées aux œuvres dématérialisées. La plate-forme COV-D et son réseau de partenaires constituerait un cas d’études.

Contacts :
Elen RIOT (REGARDS) elen.riot@univ-reims.fr
Frédéric PIANTONI (HABITER) frederic.piantoni@univ-reims.fr