Épistémologie(s), didactiques et interdisciplinarités (sous la responsabilité scientifique de Muriel Frisch et Hussein Sabra)

Le thème « Épistémologie(s), didactiques et interdisciplinarités » (EDI) réunit des chercheurs menant des travaux dans les champs des didactiques des disciplines (mathématiques, sciences et techniques, géographie, français, littérature, information-documentation, etc.) et des « éducations à » (éducation aux médias et à l’information, la santé, développement durable, etc.).

Nous interrogeons entre autres la professionnalisation dans le rapport au(x) savoir(s) en explorant le lien entre activités, pratiques et apprentissages.

Lien avec la question de la professionnalisation, de la construction d’une professionnalité

Le concept de professionnalisation s’est aujourd’hui largement imposé dans les sciences de l’éducation et de la formation des enseignants. Si les usages et les significations du concept de professionnalisation sont multiples, les questions de professionnalisation sont travaillées dans le thème en tant qu’objets d’étude (formation des enseignants, formation des ingénieurs, analyse des pratiques d’enseignement, analyse des pratiques des enseignants-chercheurs, analyse des pratiques de formation, etc.). Cela conduit à considérer la professionnalisation comme un processus. La connaissance des disciplines ou des domaines d’enseignement, de formation et des processus d’enseignement-apprentissage est au cœur de cette professionnalité à construire.

L’enjeu est de comprendre et de contribuer à la caractérisation de la professionnalité enseignante, accompagnante, médiatrice ou de différentes formes de professionnalités (dans les différents contextes d’intervention).

Nous articulons le champ de la professionnalisation et de la construction de la professionnalité avec celui des didactiques. La question du rapport au savoir est envisagée sous différentes formes dans les travaux du thème : savoir savant, savoir académique, savoir institutionnalisé, expert, professionnel, etc.

Une entrée par le(s) « rapport(s) aux savoirs »

Le rapport au(x) savoir(s) se conçoit du point de vue :

  • de la genèse des concepts et de leur évolution en didactiques
  • des différents types de savoirs en jeu : savoirs académiques, savoirs transposés, contre-transposés, savoirs émergents, d’inclusion, citoyens, réflexifs…
  • des différents contextes d’intervention (espaces, dispositifs, physique, à distance, numérique…)
  • de leur émergence, de la conception et des usages de modèles et modélisations pour penser et agir
  • du rapport personnel, institutionnel des acteurs au savoir et de la posture professionnelle adoptée
  • de la mise en contraste entre le Savoir et Information et Connaissances
  • des choix effectués dans l’enseignement-apprentissage et la formation : choix du contenu (il peut s’agir d’un contenu notionnel ou d’un contenu « transversal » tel que les démarches de type démarches d’investigation) et choix du déroulement (en particulier la gestion didactique), choix professionnel, curriculaire.
  • des interactions et de formes d’accompagnement diverses
  • de l’interdisciplinarité, l’inter-didactique et domaines autonomes…

Nous étudions la relation entre les préparations d’activités et l’activité réelle, réalisée dans des espaces d’enseignement, de formation, d’éducation, d’apprentissage ; l’activité individuelle et collective des acteurs (enseignants, formateurs, médiateurs, apprenants) ; les ressources mobilisées et produites (traces, technologies, etc.) ; des espaces, des territoires, des dispositifs variés ; des évolutions curriculaires, professionnelles, conceptuelles, technologiques et numériques. Nous analysons des pratiques d’apprenants et de professionnels.

Orientation et originalités des questionnements de recherche :

Les questionnements de recherche de ce thème se situent dans trois domaines potentiellement en interaction : celui des mathématiques et des sciences, celui de l’interdisciplinarité, et celui autour de la professionnalité des enseignants. Les interfaces entre ces trois pôles sont visibles dans le développement suivant et apportent un regard différent sur les « rapports aux savoirs ».

L’originalité des recherches de ce thème se situe ainsi à différents niveaux :

Nos questions de recherche se posent dans le champ des didactiques des disciplines. Elles peuvent s’ouvrir à une orientation interdidactique. Nous n’hésitons pas à convoquer des méthodes, des concepts développés dans différentes didactiques pour alimenter nos travaux. Elles se conçoivent également dans les domaines de l’interdisciplinarité et de la professionnalité enseignante et de façon plus vaste dans des métiers de l’humain en intégrant aussi une orientation complexe et clinique.

L’originalité des recherches de ce thème se situe ainsi à différents niveaux :

  • Des interdisciplinarités (des disciplines de nature différente mobilisées : universitaires, scolaires, notamment dans l’interdisciplinarité (littérature et histoire, ou mathématiques-géographie, etc.), des éducations à qui n’en sont pas) ;
  • Des thèmes d’actualités et novateurs pour l’enseignement et la formation ;
  • Du croisement de cadres théoriques et méthodologies : des différentes didactiques des disciplines (mathématiques, sciences, géographie, information-documentation, littérature…).
  • D’une articulation entre la recherche et des questions sociales, nous mobilisons entre autres des recherches-actions, recherches-actions-formations, et des recherches collaboratives ;
  • Des méthodologies mixtes qui combinent l’épistémologie contemporaine, la pratique filmée et des méthodes expérimentales.
  • De l’analyse du faire, du dire à la conception, l’usage et l’analyse des ressources numériques et plateformes collaboratives.

Les membres statutaires : Justine Breton (MCF), Laurence Dedieu (MCF) Suzane El Hage (MCF), Fabien Emprin (MCF – HDR), Muriel Frisch (PU), Anne Glaudel (MCF), Élisabeth Plé (MCF), Hussein Sabra (MCF).

Les doctorant-e-s : Elise Abdallah, Eman Alshatti, Karine François, Médéric Hoarau, Victoria Meyer, Simon NDI Mena, Brigitte Roux, Theresia Tabchi.

Les membres associés : Frédéric Charles, Johanna Henrion, Cécile Ouvrier-Buffet, Aurore Promonet.