Une délégation de la DGRI est venue rencontrer les chercheurs de l’URCA

Publié le 24 janvier 2018

A l’initiative de la Direction Générale de la Recherche et de l’Innovation (DGRI) au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Monsieur Alain Beretz, DGRI, s'est rendu sur les campus universitaires rémois et au Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie (CEBB) de Bazancourt-Pomacle, le 15 janvier 2017 après-midi, pour une rencontre avec les chercheurs.

Les visites des installations et les différentes présentations ont porté sur les filières d'excellence de l'URCA liées à la santé (PICT-IBISA, l’UMR (INSERM) « Plasticité de l’épithélium respiratoire dans les conditions normales et pathologiques - P3CELL », l’UMR (CNRS) MEDyC, l’unité CardioVir, l’unité BIOS et la SFR Cap Santé), au numérique (centre de calcul ROMEO, l’unité CRESTIC et le LMR (FRE CNRS)) et aux agrosciences, à l’environnement, aux biotechnologies et à la bioéconomie (l’UMR (INERIS) SEBIO, l’UMR (CNRS) ICMR, l’UMR (INRA) FARE, l’unité RIBP (Ex-URVVC) et la SFR Condorcet).

Accompagné de sa délégation composée de la responsable du département de l'analyse des politiques d'organismes et des enjeux territoriaux, de la responsable scientifique "biologie et santé", et de la déléguée régionale adjointe à la recherche et à la technologie Grand Est, le DGRI a pu échanger sur la politique scientifique de notre établissement mais aussi sur celle du regroupement sous forme d’association du site champardennais. Les conversations ont permis de présenter l’ambition commune de développer l’intensité scientifique en s’appuyant sur quatre pôles scientifiques d’application.

De nombreuses autres thématiques ont été abordées, notamment la mise en place d’une Maison des Sciences de l’Homme (MSH) au sein de l’URCA, le projet de datacenter régional autour de ROMEO, le business model des plateformes scientifiques, la coopération URCA/CHU, l’enjeu de labellisation et le rôle à jouer par les EPST et EPIC, l’importance des partenariats en recherche, en particulier internationaux, le lien pédagogie-recherche, l’approche globale des problématiques scientifiques à travers la pluridisciplinarité, etc. La richesse de ces échanges a permis d’offrir un beau panorama du potentiel de notre Université et d’amorcer des pistes de réflexion.

Photo de la visite Photo de la visite