Les ouvrages

Pierre Duharcourt. Une pensée en mouvement
Pierre Duharcourt. Une pensée en mouvement

Ecrits d'économie politique, réunis par Gillet Rasselet

publication aux ÉPURE, Éditions et Presses Universitaires de Reims

Enseignant-chercheur en science économique, passionné par la discipline à laquelle il a consacré sa vie professionnelle, Pierre Duharcourt fut également un citoyen engagé, militant et dirigeant de premier plan du mouvement syndical enseignant. Ses recherches en science économique ont occupé une place centrale dans l'ensemble de ses activités, ce que traduisent le nombre, la variété et la qualité de ses travaux et publications scientifiques. Il nous laisse ainsi une œuvre scientifique riche et diversifiée dans laquelle s’exprime sa détermination à mettre la science économique au service de la compréhension de la réalité économique et sociale du monde dans lequel nous vivons et de la résolution des grands problèmes de notre temps, avec l’objectif de participer à la construction d’une société plus juste et plus humaine.

Cet ouvrage réunit quelques-uns de ses écrits (extraits d’ouvrages et de rapports, articles de revues), choisis parmi tous ceux qu’il a publiés de la fin des années 1960 aux années 2000. Il a été conçu de sorte à donner au lecteur un aperçu d’ensemble des préoccupations et de la démarche de chercheur de P. Duharcourt, de la richesse de ses travaux scientifiques et de l’apport de ses contributions à la réflexion sur des questions qui demeurent encore aujourd’hui d’une très grande actualité.

Site du comptoir des presses universitaires

Les récits de vie en sciences de gestion

Thierno Bah, Louis César Ndione et Alexandre Tiercelin

Publication aux Editions Management Et Societe Eds, Collection Versus, ISBN-13: 978-2847698275, 2015

Ce livre est un des premiers ouvrages exclusivement consacrés à la méthode des récits de vie en sciences de gestion, en France. Il est le fruit d'une collaboration entre trois enseignants-chercheurs travaillant dans plusieurs disciplines des sciences de gestion (management, GRH, entrepreneuriat et marketing) et qui utilisent les récits de vie dans leurs recherches. Cet ouvrage, qui se veut à la fois pédagogique et réflexif, est illustré par de nombreux exemples de recherches qui mobilisent la démarche des récits de vie au travers de différents champs de recherche en sciences sociales et de gestion. Il aborde les problématiques épistémologiques et méthodologiques soulevés par les récits de vie. Il situe la méthode par rapport aux principales approches qualitatives en montrant ses intérêts et ses spécificités dans le contexte des sciences des organisations et de gestion. Il expose également les étapes, les problèmes et les critiques soulevés par la méthode et fournit un certain nombre de réponses aux chercheurs en gestion souhaitant recourir ou se familiariser avec les buts et les moyens de la méthode des récits de vie dans cette discipline.

Site de l'éditeur

Les récits de vie en sciences de gestion
Sociologie des groupes professionnels
Sociologie des groupes professionnels

Nadège Vezinat

Publication aux Editions A. Colin, ISBN-10: 2200611919, ISBN-13: 978-2200611910, sept 2016

Comment se saisir de groupes professionnels plus ou moins constitués, légitimes ou prestigieux ? Comment mobiliser une sociologie des groupes professionnels pour analyser les moments de structuration et de déstructuration qui les affectent ?
Ce livre présente les grandes manières d’appréhender les groupes professionnels en rassemblant les différents auteurs que compte ce domaine de la sociologie. En ce qu’ils sont partie prenante de la structure sociale à laquelle ils appartiennent, les groupes professionnels peuvent être étudiés au regard de leur puissance excluante ou intégratrice, des stratégies de différenciation qu’ils mettent en œuvre, des protections et soutiens dont ils disposent, des différentes formes de gouvernance qui les régulent ou encore des menaces qui les entourent.

Site de l'éditeur

Collectionneurs d'art contemporain : des acteurs méconnus de la vie artistique

Nathalie MOUREAU, Dominique SAGOT-DUVAUROUX, Marion VIDAL

Ministère de la Culture et de la Communication Département des études, de la prospective et des statistiques, Collection Culture Etudes, 2015

Qu’est-ce qu’un collectionneur ? Si le nom a fait officiellement son entrée dans le dictionnaire en 1789, sa définition recouvre des pratiques différentes : certaines approches mettent en avant la valeur subjective attachée à l’objet, tandis que d’autres soulignent l’importance du processus d’accumulation et de sélection. De nombreux traits semblent pouvoir définir communément les collectionneurs, quel que soit l’objet de la collection, coquillage, timbre, papillon ou encore œuvre d’art.

Toutefois, les collectionneurs qui soutiennent l’art « en train de se faire » se distinguent par des pratiques plus variées que celles usuellement relevées chez leurs homologues. En effet, en plus d’être acquéreur, le collectionneur d’art contemporain est susceptible d’agir sur la vie artistique, notamment grâce au soutien matériel apporté aux artistes et en contribuant à la construction de la valeur artistique. Cette particularité est d’autant plus notable que l’engagement du collectionneur n’est pas l’apanage d’une seule élite fortunée, comme le montre la typologie des profils de collectionneurs établie ici.

Il apparaît en effet que les pratiques de collectionneurs se déploient le long d’un continuum allant du collectionneur acquéreur, mû par le besoin de posséder une oeuvre, au collectionneur acteur, pour lequel l’acquisition n’est que l’expression de sa volonté de contribuer à la vitalité de la scène artistique

Site de l'éditeur

Collectionneurs d'art contemporain : des acteurs méconnus de la vie artistique
La gouvernance entre promesses de futur et aliénation présente
La gouvernance entre promesses de futur et aliénation présente

Coordonné par Bernard Hours et Thierry Pouch

Publication aux éditions l'Harmattan, L’Homme et la société n°199, Juillet 2016, ISBN : 978-2-343-09685-8, 27 €, 262 pages

Dans le contexte de la globalisation contemporaine qui produit une interdépendance généralisée des sociétés, la gouvernance se présente désormais comme un outil essentiel, voire indispensable, de mise en ordre, de régulation, ou de maîtrise à la fois des risques et des aspirations. On peut y voir un système de mise en conformité aux normes, rendues nécessaires par la gestion des risques globaux.
La gouvernance serait d’abord un dispositif producteur de normes (normes environnementales, sanitaires, alimentaires, démocratiques, économiques) et leur mise en application via des instances supranationales, nationales, locales, suivant des processus de subsidiarités problématiques.
La gouvernance peut aussi devenir l’instrument d’un ordre planétaire ouvert et transparent, appuyé sur des formes nouvelles de souveraineté, conduisant à l’émergence d’une société civile mondiale en charge de gérer les « biens communs » de l’humanité durant le troisième millénaire. La gouvernance peut donc être vue alternativement comme un vecteur d’aliénation ou d’émancipation, et c’est pourquoi elle interpelle tous les champs disciplinaires des sciences sociales.

Bernard HOURS, La bonne gouvernance est-elle bonne pour les sociétés ?
Bernard HOURS, La bonne gouvernance entre terreur et marché
Jan SPURK, La gouvernance ou le règne de la raison instrumentale
Monique SELIM, Les subjectivations paradoxales de la gouvernance
Thierry BRUGVIN, Gouvernance et démocratie au regard de la privatisation des normes
Amy DAHAN, La gouvernance du climat : entre climatisation du monde et schisme de réalité
Thierry POUCH, L’État commercial fermé comme issue à l’impossible gouvernance des échanges internationaux de produits agricoles
Abdelhafid HAMMOUCHE, Les ressources de l’autorité éducative
Julie DEMESLAY, Harmoniser la lutte antidopage : quelques critiques d’une gouvernance mondiale

NOTES CRITIQUES
Frédéric COMPIN,Financement du terrorisme et blanchiment de capitaux : liaisons dangereuses ou manipulations d’État ?
Alexandre MARCHANT, L’État, la drogue et le «complot » en France. De la French Connection à l’îlot Chalon, des années 1960 aux années 1980

HORS DOSSIER
Francesca COZZOLINO, La fabrique de l'art : re-contextualisation et circulation d’une oeuvre de l’artiste Meschac Gaba

COMPTES RENDUS
Résumés/Abstracts

Site de l'éditeur

Formes et fondements de la créativité dans l'Economie Sociale et Solidaire
Sous la direction de Monique Combes-Joret et Laëtita Lethielleux

Parution aux éditions et Presses Universitaires de Reims, Épure, Prix : 18 € TTC, ISBN : 978-2-37496-015-9, 30 juin 2016

Cet ouvrage est le résultat des échanges, débats, tables rondes, ateliers de recherche autour de la thématique de la créativité des entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire qui se sont déroulés à Reims, du 24 au 29 mai 2015 dans le cadre des XVe Rencontres du RIUESS (Réseau InterUniversitaire de l’ESS). Pour en garder une trace et poursuivre les débats engagés, nous avons proposé à 32 chercheur-e-s de nous rejoindre dans la rédaction de cet ouvrage collectif pour expliciter les formes et les fondements dans la créativité de l’ESS : initiatives citoyennes, projets collectifs, formes d’organisation, modes de financement et régimes d’action.

Présentation générale, Laëtitia Lethielleux et Monique Combes-Joret
Avant-propos : Créativité de l'ESS, créativité de la recherche, Jean-François Draperi
PREMIERE PARTIE : Créativité des formes organisationnelles de l'ESS
Chapitre 1 : Le lien social comme source de richesse patrimoniale : l'Ecomusée d’Alsace, un bien commun au coeur de conflits d’appropriation, Josiane Stoessel-Ritz
Chapitre 2 : 2005-2015, La grande mue de la Croix-Rouge française, Monique Combes-Joret et Laëtitia Lethielleux
Chapitre 3 : Isomorphisme versus créativité : le renouvellement du modèle coopératif français ?
Muriel Prévot-Carpentier et Hajar El Karmouni
Chapitre 4 : Les dynamiques plurielles d’innovation au sein des SCOP : les conditions d’un entrepreneuriat d’utilité sociale, Olivier Boissin, Hervé Charmettan, Jean-Yves Juban, Nathalie Magne et Yvan Renou
Chapitre 5 : Société coopérative et participative et choix « de la forme dans la forme » : identification des enjeux pour les parties prenantes, Marina Bourgeois-Bertrel
Chapitre 6 : Les Coopératives Jeunesse de Services : adaptation au contexte français d’un projet québécois d’éducation à l’entrepreneuriat coopératif des jeunes, Sandrine Rosbapé, Hélène Le Breton, Emmanuelle Maunaye et Marie-Laure Point
Chapitre 7 : L’innovation en santé et services sociaux : l’apport méconnu des coopératives et mutuelles, Jean-Pierre Girard
DEUXIEME PARTIE : Créativité et territoires
Chapitre 8 : La dimension collective des dispositifs de gestion : le cas de deux réseaux territoriaux dans les secteurs du tourisme social et des services à la personne, Julien Maisonnasse
Chapitre 9 : Le pôle territorial de coopération économique : une forme originale de polarisation en économie sociale et solidaire ? Patrick Gianfaldoni
Chapitre 10 : Processus d’émergence et formes organisationnelles des PTCE : une application en région Provence–Alpes-Côte d’Azur, Céline Bourbousson, Nadine Richez-Battesti
TROISIEME PARTIE : Créativité en question dans les fondements de l’ESS
Chapitre 11 : L’entrepreneuriat social est-il soluble dans l’économie sociale et solidaire ? Laurent Fraisse, Laurent Gardin, Jean-Louis Laville, Francesca Petrella et Nadine Richez-Battesti
Chapitre 12 : Biens communs et innovation sociale, David Vallat
Chapitre 13 : Les obligations à impact social : le potentiel du dispositif en débat, Elen Riot et Martino Nieddu
Chapitre 14 : Les obligations à impact social : une analyse du potentiel du dispositif au regard d’un programme visant à encourager l’innovation sociale, Elen Riot et Martino Nieddu
Chapitre 15 : L’Investissement à Impact Social : vers une financiarisation de l’économie sociale et solidaire ? Emmanuelle Besançon, Sylvain Celle, Nicolas Chochoy, Thibault Guyon et Yannick Martell
Postface, Michèle Severs et Djamel Didi, CRESSCA Champagne-Ardenne. Professeure associée

Site de l'éditeur

Formes et fondements de la créativité dans l'Economie Sociale et Solidaire
Protection des consommateurs Les nouveaux enjeux du consumérisme
Protection des consommateurs Les nouveaux enjeux du consumérisme

Coordonné par Dominique ROUX et Lydiane NABEC

Publication aux éditions ems Management & Société, ISBN 978-2-84769-847-3, 2016

Cet ouvrage comprend les contributions de Florence ARNAUD, Hélène AUBRY, Maria José AZAR-BAUD, Éric BRIAT, Marie-Emmanuelle CHESSEL, Corinne CHEVALIER, Inès CHOUK, Nicolas DUPONT, Florence DURIEUX, Denis GUIOT, Lubomir LAMY, Nathalie LEMONNIER, Marie-Christine LICHTLÉ, Philippe MÉRIGOT, Philippe MOATI, Lydiane NABEC, Robert ROCHEFORT, Dominique ROUX et Thierry SPENCER.

Pourquoi s'intéresser à la protection des consommateurs aujourd'hui ? Parce que « nous sommes tous des consommateurs ! », pourrait-on répondre. Oui, mais pas seulement. La consommation est aussi en perpétuelle mutation et nous n’avons de cesse de réinventer nos propres pratiques. « Le paradoxe du choix » qui caractérise les marchés matures met les consommateurs aux prises avec une multiplicité d’offres censées répondre à leurs besoins, mais dans lesquelles ils peinent à s’orienter. Le rythme des innovations, le développement des nouvelles technologies et l’ouverture des marchés complexifient les manières de consommer. De nouvelles attentes en matière sociale, environnementale et éthique conduisent les consommateurs eux-mêmes à bricoler et inventer des manières différentes d’échanger. Ces pratiques émergentes nécessitent une réinvention perpétuelle de la protection de leurs intérêts. Il s’agit de mieux les informer sur les caractéristiques de l’offre et de renforcer la défense de leurs droits en cas de litige. En découlent de nouveaux enjeux pour le consumérisme.

C’est à cette question de la protection des consommateurs que cet ouvrage s’attache à répondre en analysant, au travers de treize contributions, ses principaux enjeux sur le plan économique, juridique, sociologique, politique, managérial et sociétal : le rôle de l’État dans l’accès à la consommation, la mutation des modèles consommatoires et leurs conséquences juridiques, les modalités d’information des consommateurs, de même que les manières, parfois inventives, qu’ils ont de défendre leurs droits. Les différents chapitres esquissent tout au long de l’ouvrage des pistes de réflexion quant à la vulnérabilité ou aux capacités des consommateurs à s’informer et se défendre, mais aussi quant au rôle que jouent, dans ce domaine, les pouvoirs publics, les acteurs consuméristes historiques, ou les nouvelles parties prenantes. Nous espérons que le lecteur y trouvera matière à s’orienter pour sa compréhension des mutations du monde de la consommation et de la protection des consommateurs.

Site de l'éditeur

Une économie écologique est-elle possible ?

Olivier Petit, Iratxe Calvo-Mendieta, Géraldine Froger, Franck-Dominique Vivien...

Publication aux éditions L'économie politique n°69, Economie et écologie, Trimestriel, Janvier 2016, ISBN

Sommaire :

Qu'est-ce que l'économie écologique ?
Géraldine Froger, Iratxe Calvo-Mendieta, Olivier Petit, Franck-Dominique Vivien

Face à l'économie de l'environnement, l'économie écologique affirme que la nature n'est pas soluble dans le marché. Au contraire, la sphère écologique est intégrée dans un système plus grand, la biosphère, dont elle dépend. C'est sur ce socle commun que s'est construit un champ de recherche fécond au croisement des sciences de la vie et des sciences sociales.(€)

Flux de matières et d'énergie : produire dans les limites de la biosphère
Romain Debref, Martino Nieddu, et Franck-Dominique Vivien

L'analyse du cycle de vie des produits et l'écologie industrielle appréhendent la dimension biophysique des activités productives. Mais l'idéal d'une économie circulaire peut aussi se traduire par une pression accrue sur les ressources naturelles.

Controverses autour des services écosystémiques
Géraldine Froger, Philippe Méral, Roldan Muradian

Les écosystèmes naturels fournissent des services de toute sorte aux sociétés humaines. Cette reconnaissance a été portée par des économistes écologiques. Mais ceux-ci se divisent sur le risque d'une marchandisation de la nature.

Comment mesurer la soutenabilité ?
Philippe Roman, Géraldine Thiry, Tom Bauler

La nécessité d'indicateurs allant "au-delà du PIB" pour guider nos économies vers une trajectoire soutenable est désormais reconnue. Mais, selon les principes qui les inspirent, tous n'envoient pas les mêmes messages...

Maintenir le carbone en terre : l'initiative Yasuní-ITT
Franck-Dominique Vivien

Renoncer à exploiter certaines réserves pétrolières en échange d'une compensation financière de la communauté internationale : c'est la proposition qu'avait faite l'Equateur, mais qui n'a pu aboutir faute de financements suffisants.

Comprendre les conflits environnementaux : le cas de l'eau en Espagne
Olivier Petit

La nature est l'objet d'affrontements entre des groupes sociaux. La planification hydrologique en Espagne et sa contestation illustrent l'antagonisme des valeurs mises en jeu et les rapports de pouvoir qui s'y jouent.

Que valent les méthodes d'évaluation monétaire de la nature ?
Jean Gadrey et Aurore Lalucq

Donner un prix à la nature peut permettre de la défendre, dans un monde où la monnaie est le langage dominant. Mais cela peut aussi être contreproductif, tant les méthodes d'évaluation économique sont incertaines.

Après l'accord de Paris, priorité à la justice climatique
Eloi Laurent

La lutte contre le changement climatique ne réussira que si elle est juste. Pour accorder les Etats, la répartition des efforts de limitation des émissions doit être équitable. Pour mettre les sociétés en mouvement, la transition écologique doit être synonyme de progrès social.(€)

Sommes-nous trop nombreux ?
Hugo Lassalle

Y a-t-il trop de monde au "banquet de la nature" ? La polémique entre Malthus et Marx a longtemps structuré les débats sur la population. Il est clair aujourd'hui que la stabilisation démographique passe par le développement humain

Site de l'éditeur

Une économie écologique est-elle possible?
Consumer Culture, Branding and Identity in the New Russia
Consumer Culture, Branding and Identity in the New Russia

As shopping has been transformed from a chore into a major source of hedonistic pleasure, a specifically Russian consumer culture has begun to emerge that is unlike any other. This book examines the many different facets of consumption in today’s Russia, including retailing, advertising and social networking. Throughout, emphasis is placed on the inherently visual - not to say spectacular - nature both of consumption generally, and of Russian consumer culture in particular.

Graham H.J. Roberts

Publication aux éditions Routledge, 2016, ISBN 9780415722407

Introduction 1. From Red Square to Nike Town: Re-enchanting the retail experience 1.1. Introduction: The curious tale of the giant steamer trunk in the night 1.2. Retailing in Russia, 1885-1991: From enchantment to disenchantment 1.3. Case Studies i) The re-enchantment of retailing in post-Soviet Russia: Privatisation and the arrival of the pre-fabricated kiosk ii) The politics of fast food in the new Russia: From Big Macs to pineapple milk shakes iii) Space invaders: The arrival of IKEA iv) ‘Pleasure domes with parking’: The rise of the mall v) The Russian sex shop market and the branding of Tochka-G 1.4. Conclusion 2. From Superman to the Invisible Man: Imagining the male body in contemporary Russian advertising 2.1. Introduction 2.2. Masculinity in Contemporary Russian Culture 2.3. Masculinity in/and Advertising. 2.4. Key Assumptions and Methodology 2.5. Case Studies i) Back to the (Soviet) future: The Dodge Caliber and the cult of the male body ii) On ‘Russian Ice’ with Sylvester Stallone iii) From abject to subject: Tinkoff’s ‘Zooom’ alcopop and a story of everyday heroism iv) Men’s grooming products and the return of the ‘real’ man: Nivea for Men, the Philips body-hair trimmer and Gillette’s Pro Fusion Glide razor v) The ‘First Time’ with Putin or the lad(y) vanishes 2.6. Conclusion: From superman to the invisible man 3. The Politics of Packaging in Post-Socialist Russia: Labels, Logos, Locations 3.1. Introduction 3.2. Packaging: From shelf space to ideoscape 3.3. FMCG Packaging in Russia 3.4. Moscow and Myth, Moscow as Myth: Past, present and future 3.5. Representations of Moscow on Russian Chocolate Packaging 3.6: Discussion 4. The Final Frontier: Brands and Branding on Social Media in the New Russia 4.1. Introduction: Social Media, Brand Communities and Value Co-creation 4.2. Case Studies: i) Siberian Crown’s ‘Map of Russian Pride’ on Facebook: Collective memories, imaginary geographies, brand identity ii) Levi’s on Vkontakte: Branding’s final frontier? Afterword, or the Cautionary Tale of Diana, Lada, Myusya – and Vlad

Site de l'éditeur

Revue de la régulation, 17 | 1er semestre / Spring 2015, Économie politique de la santé. Un exemple exemplaire

Du 9 au 12 juin 2015, la Revue de la régulation a été le partenaire privilégié du colloque international Recherche & Régulation « La théorie de la régulation à l’épreuve des crises » qui s’est tenu à Paris, à l’université Paris Diderot et à l’INALCO. Le colloque a réuni plus de 200 participants d’horizons très divers, avec notamment de fortes délégations venues d’Asie et notamment de Chine et du Japon. La revue aura l’occasion de revenir sur les contenus qui ont été présentés durant ce colloque, aux thématiques marquées par la dimension internationale.

La Revue de la régulation publie dans le présent numéro un dossier thématique intitulé « Économie politique de la santé. Un exemple exemplaire », coordonné et introduit par Philippe Batifoulier et Jean-Paul Domin.

En matière de santé, avec plus de force et d’évidence que dans d’autres domaines, l’économie est irrémédiablement politique. L’économie politique de la santé n’est pas un sous-ensemble de l’économie de la santé, qui serait défini par une méthodologie particulière ou un objet de recherche spécifique. Parce qu’elle valorise la controverse en affirmant qu’il est contreproductif de vouloir opposer le politique et le scientifique, elle vise à nourrir les débats de société que révèlent les questions de santé. Car la santé est un exemple exemplaire du lien irrévocable entre l’économie et la société. Cette exemplarité s’exprime à un double niveau. Au travers du traitement de la santé par la discipline, c’est l’évolution de la science économique que l’on peut résumer. Par les questions de santé, c’est aussi une large part des problèmes économiques et sociaux que l’on peut saisir.

Le dossier a suscité de nombreuses contributions que l’on a articulées autour de trois thèmes : Santé et capitalisme ; La santé et ses industries ; Acteurs et instruments.

En publiant ce dossier nous avons une pensée pour François Horn, économiste à l’université Lille 3 et au Clersé, qui nous a quittés brutalement mi-juin. Il a été associé à la revue en tant que rapporteur pour ce dossier.

Le sommaire

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 17 | 1er semestre / Spring 2015, mis en ligne le 29 juin 2015, http://regulation.revues.org/11362

17 | 1er semestre / Spring 2015 : Économie politique de la santé.
économie appliquée - Le patrimoine, d'un objet à un instrument d'analyse - 2014
économie appliquée - Le patrimoine, d'un objet à un instrument d'analyse
C. BARRÈRE
Le patrimoine, d'un objet à un instrument d'analyse
C.BARRÈRE
Les quatre temps du patrimoine
N.NIEDDU, F-D.VIVIEN
Quels apports de l'approche patrimoniale pour l'analyse des transitions vers un développement soutenable? L'exemple de la "Chimie doublement verte"
M.LEMARIÉ-BOUTRY, C.CAZALS
Patrimoines et terres de vin. Application à la viticulture bordelaise
I.CALVO-MENDIETA, O.PETIT, F-D.VIVIEN
Patrimoine, bien commun et capital naturel: débat conceptuel et mise en perspective dans le domaine de la gestion de l'eau
R.DEMISSY
L'action territoriale des grands groupes: coopérations, effets induits et patrimonialisation
W.SANTAGATA
Potential Cultural Districts and the Production of Material Culture
C.BARRÈRE, N.NIEDDU
La pratique de l'approche patrimoniale
Publié aux Presses de l'ISMEA, économie appliquée, an international journal of economic analysis, Tome LXVII - n°4 - décembre 2014, ISSN : 0013-0494.
Site de l'éditeur
L'État recomposé

Délégation au marché, sous-traitance, décentralisation et recentralisation, réformes inspirées par le New public management, intégration dans l’Union européenne : ces phénomènes marquent-ils un affaiblissement de l’État ? Les exigences d’économies et de rationalisation sont souvent dénoncées comme un retrait, tandis que leurs défenseurs invoquent le nécessaire passage de l’« État acteur » à un « État stratège ».
Cet ouvrage s’intéresse moins à la nature des réformes qu’aux nouveaux rapports de force qui se mettent en place. L’objectif est d’analyser aussi bien la fonction publique d’État que ces deux autres versants, la territoriale et l’hospitalière, dans un contexte de mondialisation qui bouleverse l’exercice de l’autorité politique. En s’appuyant sur des études pluridisciplinaires, les contributeurs de ce livre analysent les mutations de l’État en termes de capacité à agir, de justice sociale et de démocratie.

Nagège Vézinat, Patrick Le Galès

Ce livre est présenté par Patrick Le Galès, politiste et sociologue, directeur de recherche au CNRS et professeur à Sciences Po. Dernière publication : L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistance, effets (avec Charlotte Halpern et Pierre Lascoumes, Presses de Sciences Po, 2014).
Ce livre est coordonné par Nadège Vezinat, maîtresse de conférence à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Dernière publication : Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010) (Puf, 2012).
Ont contribué à ce livre Émilie Biland, Jean-Paul Domin, Patrick Le Galès, Émilien Ruiz, Jean-Fabien Spitz, Nadège Vezinat.

Publié aux Presses Universitaires de France, collection La vie des idées, 2014, ISBN : 978-2-13-062964-1

Site de l'éditeur

L'État recomposé
L'Institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en écon
L'Institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en économie

Cet ouvrage propose une reconstruction rationnelle du programme de recherche de l'institutionnalisme historique en économie. La spécificité de ce programme est qu'il s'est constitué sur la base d'un double mouvement d'historicisation de la théorie et de théorisation de l'histoire.

Cyril Hédoin

Publication aux éditions Classiques Garnier, collection "Bibliothèque de l'économiste ", 2014, EAN13 : 9782812414169, 435 pages.

Site de l'éditeur

Une histoire économique de l’hôpital (XIXe-XXe siècles)

Une analyse rétrospective du développement hospitalier, Tome II (1946-2009)

Ce second tome propose une histoire économique de l'hôpital sur la période récente (1945-2009). Il repose sur l’hypothèse selon laquelle la politique hospitalière a évolué parallèlement au changement de référentiel de la politique sociale, passant ainsi d’une logique d’intervention directe des pouvoirs publics (notamment du ministère de la Santé) dans la gestion des établissements hospitaliers à une politique différente, fondée sur un système d’incitations entre la tutelle et les directions d’établissements, mais également entre ces dernières et leurs différents services. Jusqu’en 1981, la politique hospitalière prend appui sur un référentiel d’intervention croissante du ministère de la Santé. L’émergence d’une nouvelle logique économique, à la Libération et le développement de la protection sociale, participe à la modernisation des établissements de soins. La période qui commence en 1945 et qui se termine au début des années 1980 peut être qualifiée d’âge d’or de l’hôpital public. Le changement politique de 1981 entraîne une transformation interne du ministère : l’hôpital s’autonomise par rapport à la direction générale de la Santé. Le nouveau référentiel repose sur l’introduction de nouveaux dispositifs de gestion. À partir de 1996 (Plan Juppé), la cohérence des réformes se renforce : l’objectif est de décentraliser (au niveau régional) la tutelle des établissements, de la rendre plus cohérente et de généraliser les pratiques de benchmarking. De nouvelles méthodes de gestion se généralisent progressivement (ordonnance du 5 mai 2005 et loi du 21 juillet 2009) et les établissements se structurent autour de dispositifs incitatifs

Jean-Paul Domin

Publication aux éditions La documentation française, 2013, ISBN : 978-2-905882-87-5, 20,70 €.

Les tome 1 et tome 2 ont reçu la médaille d'Or de la Société française d'histoire des hôpitaux

Site de l'éditeur

Une histoire économique de l’hôpital (XIXe-XXe siècles)
Les métamorphoses de la Poste, Professionnalisation des conseillers financiers (
Les métamorphoses de la Poste, Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010)

La Poste suscite chez les Français un sentiment d’attachement sans égal parmi les services publics. En tant qu’institution et « lieu de mémoire », elle incarne une certaine idée du lien social. C’est la raison pour laquelle la privatisation inquiète à la fois les agents et les usagers, alors même que le développement des services financiers est présenté par l’entreprise comme la solution la plus adaptée pour faire face aux défis du marché et de la construction européenne.

Ce livre s’inscrit dans le débat sur le processus actuel de libéralisation des services publics où, à l’image de France Télécom, les tensions vécues par les salariés sont très fortes. A la Poste, le processus étudié a donné naissance à un groupe social particulier ayant favorisé le recrutement massif des contractuels : les conseillers financiers commerciaux au sein d’une administration d’Etat.

En s’appuyant sur une enquête approfondie auprès des conseillers financiers de la Banque Postale, ce livre dévoile les mutations profondes que la Poste a traversées. Il rend compte de la genèse et de l’institutionnalisation d’un ensemble de valeurs marchandes qui côtoie une valeur de service public toujours très forte. Ce livre entend ainsi apporter une meilleure compréhension des transformations contemporaines du service public en France.

Nadège Vézinat

Publié aux Presses Universitaires de France, collection Le Lien social, 2012, ISBN : 978-2-13-059220-4

Site de l'éditeur

Le Marxisme Analytique
Hostile à la méthode dialectique, ou plus largement à la spécificité méthodologique de la pensée de Marx, l'école anglo-saxonne dite du « marxisme analytique » veut construire un marxisme « sans foutaises », fonder un nouveau type de marxisme. C'est ainsi que dès la fin des années 1970, une dizaine d'auteurs forment le « Groupe du marxisme sans foutaise » pour analyser et interpréter l'oeuvre de Marx.
Fabien Tarrit

Publications aux Editions Syllepse (20 février 2014),Collection : Mille Marxismes, ISBN-10: 2849504092

Site de l'éditeur

Le Marxisme Analytique
Stratégies des territoires vitivinicoles
Stratégies des territoires vitivinicoles

La réussite d’un vin ne vient pas seulement de l’alchimie entre composition du sol, climat et savoir-faire local, alchimie qui lui donnerait un goût si unique… Les chercheurs nous montrent depuis maintenant une cinquantaine d’années qu’elle vient également (certains disent surtout) d’une autre alchimie fondée sur la convergence à un endroit du monde entre une demande forte, des facteurs socio-économiques spécifiques, une dynamique et une régulation locale qui se mettent en place et se maintiennent entre les acteurs de la filière vitivinicole d’un même lieu géographique et qui leur permet notamment de mener des actions marketing collectives. En d’autres termes, c’est une alchimie faite d’hommes, de savoir-faire, de défense des intérêts collectifs où, petites et grandes entreprises locales, vignerons, négociants, coopératives, se retrouvent embarqués dans une même histoire collective gagnante. Or qu’est-ce qui explique que certaines histoires collectives ont été aussi gagnantes alors qu’à quelques kilomètres de là, aucune histoire collective n’a émergé ?

Au travers du colloque international qui est à l’origine de cet ouvrage bilingue nous avons souhaité explorer de façon plus approfondie cette question au travers de l’analyse des stratégies déployées par un certain nombre de territoires vitivinicoles en France et au niveau international. Or que l’on aborde ces stratégies sous l’angle des succès historiques, des fragilisations actuelles, des échecs, de la grande difficulté à coopérer en fonction des échelles territoriales, de la communication ou du point de vue juridique, l’existence d’une gouvernance territoriale forte et la défense et la promotion d’une marque territoriale unique apparaissent être les deux facteurs qui expliquent le mieux les succès des territoires vitivinicoles.

Reste à définir un petit quelque chose "en plus" qu’ont certains territoires par rapport aux autres, c’est-à-dire un "effet cluster" où une spirale vertueuse et un certain nombre d’autres ingrédients se jouent en plus d’une gouvernance et d’une marque territoriale forte… Pour découvrir "l’envers du décor", nous vous proposons un voyage qui passe par la Champagne, les vignobles français comme le Chablis, le Sancerre ou le Cahors, les vignobles espagnols comme le Rioja, les vignobles d’Italie du nord ou de l’Allemagne, la Plaine de la Bekaa au Liban, l’Arménie… Chacune des 18 contributions de cet ouvrage raconte une histoire spécifique car l’ambition des chercheurs qui ont participé à cet ouvrage était à la fois d’aborder des situations réelles et d’apporter différentes grilles d’analyse théorique des phénomènes en jeu.

Steve CHARTERS, Valéry MICHAUX

Publication aux Editions EMS, Collection Management et Prospective, ISBN 9782954337937, 2014, 270pages

Site de l'éditeur

L'évaluation de la durabilité

Bien que l’expression, apparue dans les années 1980, soit passée dans le vocabulaire courant, le développement durable reste une notion paradoxale, aux contours flous et largement controversée. Cependant, la nécessité de l'introduire aujourd’hui dans un ensemble de dispositifs et de cadres normatifs publics et privés suscite une demande croissante d’évaluation des actions et des mesures prises ; c’est ce que les auteurs de cet ouvrage ont tenté de réaliser ici à partir de trois démarches. La première consiste à définir un contenu propre au développement durable : quelle est sa spécificité, quel rapport entretient-il avec la croissance et la pauvreté, se situe-t-il sur du long terme ? La deuxième démarche l’appréhende comme un contenant, à savoir un ensemble de problématiques (biodiversité, changement climatique...) auxquelles il convient de répondre si l’on veut assurer la durabilité des dynamiques socioéconomiques et écologiques. La troisième est une démarche dite procédurale : on ne sait pas très bien définir a priori le développement durable, les principes et procédures de décision mis en œuvre (principe de précaution, principe de participation, etc.) nous mettront donc sur sa trajectoire.
Cet ouvrage, destiné aux chercheurs et aux décideurs, rassemble des contributions qui analysent à partir de ces approches les différentes conceptions de l’évaluation de la durabilité.

Franck-Dominique Vivien, Jacques Lepart et Pascal Marty

Publication aux Editions Cirad, Ifremer, Inra, Irstea : Quæ, Collection Interdisciplines, 272 pages, 2013, ISBN13 : 978-2-7592-1905-6

Site de l'éditeur

L'évaluation de la durabilité
Economie appliquée
Questions pour Rio + 20

Sommaire :

  • Avant propos. La conférence sur le développement soutenable de Rio+20 : un contexte inédit / M. Damian et F. D. Vivien
  • Repenser l’économie du changement climatique / M. Damian draft disponible sur HAL-SHS
  • 2010-2020 : une décennie décisive pour l’avenir du climat planétaire / P. Criqui et A. Kitous draft disponible sur HAL-SHS
  • L’effet BASIC sur la gouvernance globale du climat : le jeu des préférences et de la puissance / P. Berthaud et T. Voituriez
  • Vingt ans de politiques de conservation de la biodiversité : de la marchandisation des ressources génétiques à la finance “verte” / V. Boisvert et H. Tordjman
  • Forêts : les promesses non tenues des instruments économiques / A. Karsenty
  • La “chimie verte”: vers un ancrage sectoriel des questions de développement durable ? / M. Nieddo et F.D. Vivien
  • Les fondements bioéconomiques d’un développement durable / R. Passet
  • De Stockholm à Rio+20 : le développement soutenable à l’époque de l’anthropocène / J. Grinevald

sous la dir. de Michel Damian et Franck-Dominique Vivien. Economie Appliquée, n° 2, 2012

http://www.ismea.org/ISMEA/eapp-12.html

On perfect competition: definitions, usages and foundations

Nathalie Berta et al. On perfect competition: definitions, usages and foundations
Louis Makowski et Joseph M. Ostroy Appropriation in a competitive theory of value
Andrés Álvarez Price-takers vs. great numbers: a critique of the Edgeworth - Walras convergence à la Debreu - scarf
Franco Donzelli Negishi on Edgeworth on Jevons's law of indifference, Walras's equilibrium, and the role of large numbers: a critical assessment
Antoine Rebeyrol Edgeworth on competition: a note on Franco Donzelli
Franco Donzelli Edgeworth on competition: a reply to Antoine Rebeyrol
Robert R. Routledge On price-making contracts and economic theory: rethinking Bertrand and Edgeworth
Leonidas C. Koutsougeras Price taking as the asymptotic limit of strategic behavior
Rodolphe Dos Santos Ferreira Competition: the ways to perfection
Marco Dardi The perfect competition paradigm: evolving from its ambiguities

On perfect competition: definitions, usages and foundations, Nathalie Berta et al., Cahiers d'économie Politique / Papers in Political Economy2012/2 (n° 63). 234 pages,

Site de l'éditeur

Cahier d'économie politique - Histoire de la pensée et théories - 63
Dictionnaire d'analyse économique
Dictionnaire d'analyse éonomique

Avec plus de 25 000 exemplaires, cet ouvrage est devenu le dictionnaire d'économie de référence le plus diffusé. Cette quatrième édition a été profondément modifiée, la crise commencée en 2007 justifiant un retour critique sur les théories dominantes - notamment en macro-économie - tout en remettant au goût du jour des auteurs comme Marx et Keynes. Certaines entrées d'une importance renouvelée, comme la monnaie et la finance, ont été complètement remaniées. Elles ont été complétées par de nouvelles rubriques ayant trait à la politique monétaire et à la politique budgétaire ainsi qu'à des phénomènes que la crise a remis sur le devant de la scène ou révélés - tels la déflation, la trappe à liquidité, le shadow banking ou le quantitative easing.

Dictionnaire d'analyse économique, B. Guerrien et O. Gun, Edition La découverte, collection Grands Repères, 2012, 570 pages.

Site de l'éditeur

Santé et politique sociales : entre efficacité et justice (autour des travaux de Maryse Gadreau)

En développant une recherche mettant en avant les considérations éthiques et l’exigence de justice qui doivent motiver les politiques sociales, Maryse GADREAU a grandement contribué à renouveler une économie du social et tout particulièrement une économie de la santé trop focalisées sur les comportements stratégiques et la recherche de l’efficacité. Figure marquante du paysage académique, Maryse GADREAU a dirigé près d’une centaine de thèses, mémoires de recherche et habilitations à diriger les recherches. Membre actif de nombreuses sociétés savantes et projets scientifiques, membre fondateur d’un réseau de chercheurs à l’origine de l’Association d’économie sociale (AES), Maryse GADREAU a alimenté un projet alternatif au main stream en économie, valorisant l’ouverture de la discipline aux autres sciences sociales.
Cet ouvrage ne constitue pas seulement un hommage à l’œuvre de Maryse GADREAU. Il est avant tout un projet intellectuel qui vise à alimenter, à partir des thèmes de recherche et des travaux de Maryse GADREAU, les débats politiques, éthiques et socio-économiques actuels en matière de santé et de politiques sociales. En reprenant une ou plusieurs des publications de Maryse GADREAU, chaque contributeur a accepté de développer son propre éclairage sur la « marchandisation » de la santé, la démocratie sanitaire, la profession médicale, les enjeux du vieillissement, la réforme hospitalière, les réseaux de soins, l’accroissement des inégalités de recours aux soins …, tout en situant son propos dans le cadre du thème central de l’ouvrage : efficacité et justice en matière de santé et de politiques sociales. Ce projet n’est donc pas un ouvrage de « mélanges » puisqu’il est animé par un seul fil conducteur décliné en quatre chapitres : l’État-social face au marché (1), pratiques professionnelles et coordination collective (2), l’exigence de justice dans les politiques de santé (3) et de nouvelles règles pour les politiques hospitalières (4).
Philippe BATIFOULIERest maître de conférences à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et chercheur à Economix.
Anne BUTTARDest maître de conférences à l’Université de Bourgogne et chercheur au Laboratoire d’économie et gestion (LEG).
Jean-Paul DOMINest maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et chercheur au sein de l’équipe Organisations marchandes et institutions (OMI).

Ont contribué à cet ouvrage : Édith ARCHAMBAULT, Mamadou BARRY, Philippe BATIFOULIER, Franck BESSIS, Olivier BIENCOURT, Bruno BOIDIN, Anne BUTTARD, Gérard CHARREAUX, Jean-Pierre CLAVERANNE, Jean-Paul DOMIN, Pascal DURAND, Chantal EUZEBY, Valérie FARGEON, Olivier FAVEREAU, Bernard FRIOT, Ariane GHIRARDELLO, Anne-Sophie GINON, Daniel GOUJON, Didier JAFFRE, Monique KERLEAU, Caryn MATHY, Philippe MOSSE, Henry NOGUES, Jean-Luc OUTIN, Christophe PASCAL, Fanny PELISSIER, David PIOVESAN, Magali ROBELET, Bruno THERET, Stéphane TIZIO, Christine VAN KEMMELBEKE, Bruno VENTELOU, Yann VIDEAU

Santé et politique sociales : entre efficacité et justice (autour des travaux de Maryse Gadreau), dir. Philippe BATIFOULIER, Anne BUTTARD, Jean-Paul DOMIN, Editions Eska, janvier 2011.

Santé et politique sociales : entre efficacité et justice
Une histoire économique de l'hopital (XIXe-XXe siècles)
Une histoire économique de l'hopital (XIXe-XXe siècles) Une analyse rétrospective du développement hospitalier - Tome I (1803-1945)

L'objectif de cette étude est de montrer les interactions entre le système économique et la prise en charge de la santé. Elle s'appuie sur un travail d'histoire quantitative et étudie l'évolution du financement hospitalier et les transformations successives de l'organisation interne. Elle permet ainsi d'analyser la logique historique du développement hospitalier, en se fondant sur la progression séculaire des dépenses. Une bibliographie méthodique clôt ce volume avec les annexes statistiques.

Une Histoire économiques de l'Hopital(XIX-XX siècles). une analyse rétrospective du développement hospitalier - Tome I (1803-1945) Jean-Paul Domin, La documentation française, 2008

Monnaie et financement de l'économie

Ce manuel de cours se propose de présenter de façon synthétique et accessible l’essentiel des connaissances relatives à la monnaie et au financement de l’économie. De façon à être accessible au plus grand nombre, il évite toute formalisation mathématique inutile et s’appuie sur de nombreux exemples.
Il présente les principaux débats actuels relatifs à la monnaie et au financement (le rôle et la place des agents financiers français dans le cadre de la zone Euro et dans le processus de mondialisation financière, les débats autour des objectifs et des décisions de politique monétaire de la Banque Centrale Européenne, ou encore les risques liés au développement des marchés de capitaux).
Cette troisième édition laisse une place importante à la crise financière, à ses mécanismes et à ses principales conséquences. Elle permet d’avoir une vision claire du déroulement de la crise, dans ses diverses dimensions (crise immobilière, crise financière, crise de liquidité et crise économique et, derrière ces aspects, crise de confiance). Elle analyse également les outils à la disposition des autorités pour remédier à cette crise. 

L'auteur : Marie Delaplace

Plaquette téléchargeable

Publication aux éditions Dunod, Collection Eco Sup, 320 pages, 2009, 3e édition, EAN13 : 9782100533015

monnaie_financement.JPG
9782296073456r.jpg
La Banque mondiale et les pays en développement

Etatisme, libéralisme, bonne gouvernance... Après 50 ans de développement, retour à la case de départ.
Comment peut-on expliquer, après tant d'années et tant de recettes proposées, l'échec des politiques de développement assorties d'une pauvreté massive dans les pays du Sud ?
L'objectif de ce livre est de rendre compte des mutations profondes dans les trajectoires économiques des pays en développement et, plus particulièrement, des pays les moins avancés via l'analyse des fondements des paradigmes du développement expérimentés de 1950 à la fin des années 1970. L'auteur explique ainsi les raisons pour lesquelles les institutions financières internationales (Banque mondiale et Fonds monétaire international) interviennent aussi intensément dans la vie économique des pays dits pauvres et plus spécialement en Afrique. Au-delà des effets d'annonce et des grands discours au niveau international sur les bienfaits de la bonne gouvernance depuis le début des années 1990, l'auteur discute aussi de la nature économique de ce concept pour mettre en évidence les faiblesses des mécanismes politiques et économiques mis en oeuvre.

L'auteur : Badara Dioubaté

Publication aux éditions L'harmattan, Collection « L’esprit économique » ; série : « Le monde en questions », ISBN : 978-2-296-07345-6, 264 page

Plaquette téléchargeable

Lien vers site éditeur : 
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=27635

Au-delà des droits économiques et des droits politiques, les droits sociaux ?

XXVIIIe Journées de l'Association d'Economie Sociale Université de Reims Champagne-Ardenne, les 4 et 5 septembre 2008
(Tome 1)
Sous la direction de Jean-Paul Domin, Michel Maric, Sophie Delabruyère et Cyril Hédoin

Ces contributions visent à appréhender le statut, le contenu, la genèse des droits sociaux. Rapidement, à côté des droits sociaux au sens habituel du terme (droits en matière d'assistance médicale, de retraites, de congés payés, d'hygiène et de sécurité), ont été revendiqués des droits sociaux de nature économique, portant sur la répartition du pouvoir économique de décision et d'appropriation... L'ouvrage "Actualité de l'économie sociale" complète cet ouvrage sur les thèmes du travail, de l'emploi, de la santé, la pauvreté...

Ont contribué à cet ouvrage : P. ABECASSIS, A. ALCOUFFE, C. BAC, C. BARRERE, P. BATIFOULIER, S. BENALLAH, I. BRIDENNE, C. BROSSARD, A. BUTTARD, N. CASTEL, A. CLEMENT, B. COUSIN, N. COUTINET, S. DELABRUYERE, C. DESCAMPS, B. DESTREMAU, J.-P. DOMIN, J.-M. DUPUIS, C. EL MOUDDEN, A. FRETEL, B. FRIOT, P. GROUIEZ, S. HARNAY, C. HEDOIN, G. HENAFF, M. KERLEAU, C. LAGOUTTE, A. LE MARCHAND, A. LEGAL, F. LEGENDRE, M. MARIC, F. PERRET, A. PETRON, J. PRADES

Publié aux éditions l'Harmattan, ISBN : 978-2-296-06297-9, septembre 2008, 332 pages 

Plaquette téléchargeable avec sommaire 

Lien vers site éditeur : 
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=26814

au_dela.jpg
actua.jpg
Actualité de l'économie sociale

XXVIIIe Journées de l'Association d'Economie Sociale, Université de Reims Champagne-Ardenne, les 4 et 5 septembre 2008
(Tome 2)
Sous la direction de Jean-Paul Domin, Michel Maric, Sophie Delabruyere et Cyril Hédoin

Faisant suite à l'ouvrage Au delà des droits économiques et des droits politiques, les droits sociaux ? qui fait le point sur l'évolution des droits sociaux, ce tome analyse quant à lui les droits sociaux sur les thèmes du travail, de l'emploi, de la santé, la pauvreté...
  
Ont contribué à cet ouvrage : C. ABDENNADHER , M. AMMI , P. BATIFOULIER, S. BEJEAN,  M. BRUNAT, I. DESBARATS, M. DIOP, E. DUGUET, V. FARGEON,  F. GANNON,  P. GIANFALDONI, A. GIFFARD, C. GUEGNARD,  O. GUILLOT, D. HELLY,  S. ISSEHANE , E. KAMALAN, Y. L’HORTY,  J. LANFRANCHI, J. LIEVAUT , L. LIZE, C. MARC,  D. MESSAOUDI M. NARCY,  J.-M. PLASSARD, C. POUJOULY, N. PROKOVAS, F. SARI, D. SOMME, F. THIBAULT, H. TROUVE, M. TRUDEL, E. ZAMEL, N. ZHU

Publié aux éditions l'Harmattan, ISBN : 978-2-296-06298-6, septembre 2008, 290 pages 

Plaquette téléchargeable avec sommaire

Lien vers le site de l'éditeur : 
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=26815

Echanges, marché et marchandisation

Cet ouvrage est une contribution aux débats autour du concept de marché, cette institution qui conditionne de plus en plus la vie quotidienne de l’humanité.
Trois grandes questions, largement imbriquées, se posent :
La première est celle de la nature du marché. Qu’est-ce que le marché ? Comment peut-on l’aborder ou essayer de le définir ? Nous verrons que la définition du marché peut difficilement rester dans une approche naturaliste et universaliste.
La seconde question renvoie à la place que le marché et les échanges marchands occupent ou doivent occuper dans la société. Le problème sera abordé tout d’abord sous l’angle de la relation entre le marché et la morale, puis la question de la place du marché sera posée sous un angle politique.
La troisième question est celle de l’espace du marché. L’une des grandes caractéristiques de notre époque est l’extension du territoire du marché. D’une manière générale mais avec des différences nationales assez marquées, il ressort que les échanges marchands s’installent dans des domaines de la vie des hommes où leur rôle était auparavant mineur voire inexistant.
Cet ouvrage s’adresse aux étudiants, aux chercheurs en économie et en sciences sociales, et à tous ceux qui s’intéressent aux évolutions de l’économie et de la société.


Hervé GUILLEMIN dirige le laboratoire HERMES, composante d’OMI (Organisations Marchandes et Institutions), le Centre de recherche en Economie de l’Université de Reims Champagne Ardenne.

Ont contribué à cet ouvrage :

Christian BARRERE, Nathalie BERTA, Valérie BOISVERT, Jean Paul DELAUNAY, Arnaud DIEMER, Jean Paul DOMIN, Hervé GUILLEMIN, Cyril HEDOIN, Geoffrey HODGSON, Marie Noëlle JUBENOT, Jérôme MAHOUT, David MOROZ, Pétronille REME, David ROSSI, Franck-Dominique VIVIEN


Publié aux éditions l'Harmattan, ISBN : 978-2-296-05807-1, mai 2008, 324 page

Plaquette téléchargeable avec sommaire

echange.jpg
la_mode.jpg
La Mode - Une économie de la créativité et du patrimoine à l'heure du marché

En 1946, la mode parisienne comptait encore 106 maisons de Haute Couture, elles ne sont plus que 19 en 1967, et aujourd'hui moins de dix. Combien en restera-t-il en 2010, alors que Pierre Berge annonçait, il y a vingt ans déjà, que la Haute Couture ne passerait pas le siècle. À ce même tournant du siècle pourtant, les deux grands groupes français du luxe se sont affrontés rudement pour le contrôle de Gucci, et de leur côté, les modes italienne et new-yorkaise cherchent a tailler des croupières à la Haute Couture parisienne dont la tradition d'hégémonie est remise en cause.

Pour essayer de mieux comprendre les turbulences de la mode à l'heure du luxe marchand, cet ouvrage s'appuie sur les développements récents de l'économie de la culture et de celle des institutions afin de proposer une clé d'analyse où la mode est conçue comme une économie de la créativité et du patrimoine. La France a inventé un modèle original de développement de la créativité s'appuyant sur un fort patrimoine culturel et institutionnel - le modèle de la mode aristocratique incarné par la Maison de Haute Couture. Mais l'heure est au luxe marchand, mondialisé et de masse. C'est alors la confrontation entre ce modèle et les exigences nouvelles de l'intégration par les groupes financiers des industries du luxe qui est mise au cœur des soubresauts contemporains de la mode.

Auteurs : Christian BARRERE, Walter SANTAGATA

Publication aux éditions de La Documentation Française, ISBN : 2-11-005957-5

Réinventer le patrimoine - De la culture à l'économie, une nouvelle pensée...

Réinventer le patrimoine - De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine?

Les contributions de cet ouvrage portent sur des domaines aussi divers que ceux de l’Inventaire des monuments, du patrimoine naturel, des patrimoines professionnels, de la Haute Couture et de l’industrie de la mode, du droit de la mer et du patrimoine génétique. Pourtant, à chaque fois, elles se proposent de repérer les éléments communs qui impliquent de faire appel à la catégorie de patrimoine, soit pour en comprendre l’évolution et les enjeux, soit pour tenter de le gérer.
Si la pratique correspondante est ancienne, l’ouvrage montre que la catégorie de patrimoine commun n’émerge en tant que telle qu’au cours des années 1960, comme pendant de la crise de la Modernité. Elle renvoie aux nouvelles lignes de tension entre les univers marchands et non marchands, aux menaces que les déséquilibres entre ces deux logiques font peser sur l’existence dans le temps et dans l’espace de certains groupes et entités, et aux problèmes d’organisation de leur cohabitation, que ce soit dans le domaine de la culture, de la nature ou du lien social.
En mobilisant des approches juridiques, sociologiques et économiques critiques, il est possible de repérer le travail de composition et de décomposition d’une pluralité de patrimoines, ainsi que la nécessité de stratégies de patrimonialisation, là où certains ne voudraient voir que des schémas de reproduction monétaire et des rapports marchands. Quelle que soit la nature des objets qui le composent, le patrimoine joue le rôle d’un opérateur : il sélectionne et institue un ensemble d’objets qui, dans leur unité, seront porteurs de l’identité de leur titulaire. Réinventer le patrimoine pour en faire un instrument de compréhension et d’action, c’est alors cesser de l’identifier à un capital formel pour en faire une caractéristique substantielle de la reproduction des sociétés.

Ont contribué à cet ouvrage : Christian BARRERE, Denis BARTHELEMY, Françoise FORTUNET, Michel MELOT, André MICOUD, David MOROZ, Martino NIEDDU, Henry OLLAGNON, Mireille PONGY, Gwenaèle PROUTIERE-MAULION, François ROUET, Fabrice THURIOT, Franck-Dominique VIVIEN.

Publication aux éditions l’Harmattan, ISBN : 2-7475-7727-9

reinventer_patrimoine.jpg
ecoappliquee.jpg
Economie appliquée - Economie du patrimoine

Les auteurs : 

Christian BARRÈRE, Vers une théorie substantiviste du patrimoine ; Martino NIEDDU, Le patrimoine comme relation économique ; Denis BARTHÉLEMY, Économie identitaire versus économie marchande ; Bernard BILLAUDOT, Patrimoine et organisation ; Gilles ALLAIRE, Les figures patrimoniales du marché ; Christian DU TERTRE, Création de valeur et accumulation: capital et patrimoine ; Thierry LINCK, Le dilemme de la gestion patrimoniale. L'exclusion, condition et écueil de l'appropriation collective ; Denis BARTÉLEMY et Franck-Dominique VIVIEN, La conditionnalité réciproque du patrimoine commun et de la propriété privée: le cas des quotas laitiers et des quotas d'émission de gaz à effet de serre ; Christian BARRÈRE, Les industries du luxe: des industries de patrimoines? ; Florian PERRET, Patrimonialisation et communauté: le cas des logiciels libres.

Publication aux Presses Isméa, Tome LX, N° 3, septembre 2007, Revue trimestrielle publiée avec le concours du C.N.R.S, ISSN : 0013-0494

Les biodiversités

Formé il y a moins de 20 ans, le mot biodiversité s'est très rapidement diffusé. Il est désormais mobilisé dans de nombreux débats concernant la qualité de la vie, l'urbanisme, l'aménagement rural, le développement durable et dépasse largement le champ de l'écologie auquel il fait référence.

Dans ce contexte, l'ouvrage, qui n'a pas d'équivalent au plan national et francophone, a pour ambition d'éclairer et de questionner la biodiversité de manière décloisonnée. Il entend apporter des éléments de réponse à quatre questions simples qui soulèvent à leur tour d'autres Interrogations :
• Qu'est-ce que la biodiversité ? Comment les sciences de la nature l'abordent-elles ? Quelles sont les particularités des enjeux dans les réglons tropicales. Que signifie aujourd'hui l'émergence du terme biodiversité dans les débats sur la vie et le vivant ? Comment, dans l'histoire, la biodiversité a-t-elle été abordée par les sciences ?
• Pourquoi la préserver ? Parce qu'elle améliore te fonctionnement des écosystèmes ? Parce qu'elle témoigne de l'histoire de l'évolution des formes de vie ? Parce qu'elle est menacée par les changements globaux ? Parce qu'elle a une valeur économique ?
• Quelle ingénierie pour la conservation de la biodiversité ? Les espaces protégés apportent-ils tes solutions ? Comment réintroduire des espèces localement éteintes ? Selon quelles modalités et quelles positions éthiques intervenir ? Avec quelle prise en compte de l'utilisation de l'espace dans le passé ?
• Quels outils Institutionnels ? Qu'ont apporté les Conventions Internationales ? Les politiques publiques européennes ? Quelle place les organismes en charge de la conservation font-ils à la science ?
Le livre donne à voir comment les disciplines scientifiques, qu'elles soient humaines et sociales ou bio-écologiques, s'approprient l'objet biodiversité et le transposent dans leur champ d'interrogation, il esquisse le dialogue Interdisciplinaire nécessaire pour appréhender cet objet polysémique et répondre aux enjeux qui le menacent.
Les coordonnateurs : un géographe, un économiste, un écologue et un sociologue, quatre chercheurs passionnés par les questions soulevées par les Interactions hommes-nature et ayant participé à de nombreux programmes interdisciplinaires.

Ont coordonné cet ouvrage : Pascal Marty, Franck-Dominique Vivien, Jacques Lepart, Raphaël Larrere.
Avec les contributions de P. Alphandéry, P. Arnould, S. Bahuchet, J. Blondel, A. Fortier, H. Fritz, R Larrère, J. Lepart, D. McKey, S. Maljean-Dubois, P. Marty, F. Médail, AL Micoud, F. Sarrazin, A. Selmi, W. Thuiller, F.-D. Vivien.

Publication CNRS Editions, ISBN : 2-271-06338-8

les_biodiversites.gif
le_developpement_soutenable.jpg
Le développement soutenable

Lancé comme mot d’ordre il y a plus de vingt ans, le développement soutenable s’est imposé comme un des enjeux majeurs du xxiè siècle. Souvent présenté comme la solution aux problèmes qui se posent à l’humanité, le développement soutenable doit être considéré comme une énigme : comment allons-nous faire pour accroître le bien-être de la population mondiale, lutter contre les inégalités sociales et sauvegarder la dynamique de la biosphère ? Faut-il avoir confiance dans le capitalisme et la régulation par les prix ? Faut-il, au contraire, ne pas « laisser faire » et édicter des normes encadrant celui-ci ? Si c’est le cas, doivent-elles être produites par des acteurs publics ou privés ? La problématique du développement soutenable n’est-elle pas aussi une invitation à réfléchir à ce que sont la richesse et le développement ? N’est-ce pas plutôt une décroissance qu’il faudrait mettre en œuvre, au moins dans les régions riches de la planète ?

Auteurs : Franck-Dominique VIVIEN

Publication aux éditions La Découverte Repères, ISBN : 2-7071-3902-5

L'économie sociale en perspective

L'économie sociale regroupe les coopératives, mutuelles et associations qui produisent des biens et services. Ses différentes composantes adhèrent à certains principes fondateurs et respectent des règles de fonctionnement qui fondent leur unité et leur spécificité : l'épanouissement de la personne humaine et sa primauté sur le capital, le développement de la production et de l'échange au service de la satisfaction des besoins et non de la valorisation de capitaux, le caractère démocratique de la gestion, l'indépendance à l'égard des pouvoirs publics, la libre adhésion des personnes. Apparue dès la première moitié du 19ème siècle, l'économie sociale s'est imposée progressivement dans un environnement qui ne lui était pas favorable et occupe aujourd'hui une place significative dans l'économie de pays développés comme la France. Elle doit affronter les mutations qui affectent plus particulièrement ces pays, telles que la mondialisation libérale, le développement des NTIC et la redéfinition du rôle de l'Etat. Les études regroupées dans cet ouvrage analysent l'impact de ces mutations sur l'économie sociale et la manière dont elle y répond. Il en ressort que l'économie sociale est soumise à des tensions se traduisant pour certaines de ses composantes par des risques de dérive et d'instrumentalisation par les pouvoirs publics, que le développement des NTIC est pour elle un enjeu majeur susceptible d'offrir des opportunités nouvelles et qu'elle continue à faire preuve de vitalité par sa capacité à préserver ses acquis et à apporter des réponses originales à certaines des évolutions de l'économie et de la société contemporaines.

Ce volume rassemble les contributions de :

Gilles RASSELET, Antonin GAIGNETTE et Richard GUILLEMET, Nicolas ROINSARD, Olivia BONECHI, Jérôme BLANC et Cyrille FERRATON, Géraldine GUILLAT, Eric BOSSERELLE et Michèle SEVERS, Maurice DECAILLOT, Vincent WAUQUIER, Catherine de GERY, Arnaud DIEMER et Samuel PERCHUZAL, Nathalie VIET, Patrick GIANFALDONI et Nadine RICHEZ-BATTESTI, Marc de LA VILLE FROMOIT et Mohamed BOUDALIA, Marie DELAPLACE, Jean-Paul DOMIN, Fabrice IRACI, Antoine REMOND

Publication aux Presses Universitaires de Reims, ISBN : 2-915271-05-4

economie_sociale-perspective.jpg
economie_contemporaine.jpg
Economie contemporaine-Les fonctions économiques-Tome 1

L'ouvrage Économie contemporaine décrit et analyse le fonctionnement et l'évolution des économies développées contemporaines, en se référant plus spécifiquement au cas de la France. Il vise à fournir au lecteur des repères et des outils qui lui permettront de se situer par rapport aux débats économiques actuels, et en particulier ceux qui concernent le rôle de l'État et les modalités de son intervention dans la vie économique et sociale du pays.

Le tome 1, Les fonctions économiques, examine les grandes opérations en lesquelles se décompose l'activité économique : production des biens et services, répartition des revenus, utilisation des revenus et de la production (consommation, épargne, investissement), échange sur les différents marchés, création et gestion de la monnaie, financement de l'économie, échanges internationaux. Il présente également les principaux acteurs et institutions de la vie économique nationale. Le fonctionnement de l'économie nationale est resitué dans son contexte international. Le tome 2, Les politiques économiques et sociales, à paraître, sera centré sur l'étude du rôle que joue aujourd'hui l'État dans la vie économique et sociale d'un grand pays développé comme la France. Il analysera les formes prises par l'action de l'État depuis la Seconde Guerre mondiale (politique conjoncturelle, politique structurelle, politique sociale) et examinera différentes questions que soulève cette action.

Auteur : Gilles Rasselet

Publication aux éditions du C.N.F.P.T, ISBN : 978-2-84143-288-2

Law and the State

Law and the State provides a political economy analysis of the legal functioning of a democratic state, illustrating how it builds on informational and legal constraints. It explains, in an organized and thematic fashion, how competitive information enhances democracy while strategic information endangers it, and discusses how legal constraints stress the dilemma of independence versus discretion for judges as well as the elusive role of administrators and experts.
Throughout the book, empirical evidence and comparative studies illuminate sometimes provocative theoretical views on issues such as: the place of the rule of law in constitutional and banking systems; regulation of copyright, art and heritage; innovations and technologies of communication and information; terrorism and media manipulation. Both private and public law, applied and theoretical issues are covered comprehensively. Academics and researchers of law and economics and public choice will find much to challenge and inform them within this book.
Contents: Introduction: Making Sense of the State: A Political Economy Approach Part I: How to Shape a Democratic State: The Informational Constraint Part II: How to Control a Democratic State: The Legal Constraint Part III: The State at Work: Regulation and Public Policies under Informational and Legal Constraints Index

Ont contribué à cette ouvrage : J. Backhaus, C. Barrère, L. Dudley, N. Elkin-Koren, P. Figini, B.S. Frey, S. Harnay, M.J. Holler, J.-M. Josselin, S. Luechinger, A. Marciano, L. Onofri, D. Porrini, G.B. Ramello, E.M. Salzberger, F.H. Stephen, G. van Wangenheim, S. Voigt, M. Wohlgemuth

Publication aux editions Edward, ISBN : 1843768003

law_and_the_state.jpg
theories_economiques_et_politiques.jpg
Les théories économiques et la politique

La politique reflète l'économie, l'économie façonne la politique. La pensée économique est formée dans un contexte historique et politique donné. Liberté économique et liberté politique ont-elles le môme sens aujourd'hui qu'au cours des XVIIIe et XIXe siècles ? Auront-elles la même signification ('uns les années les siècles à venir ?
Ce volume rassemble les textes qui abordent des questions fondamentales : comment l'articulation économie et démocratie a-t-elle évolué au cours de l'histoire ? Y a-t-il différentes sortes de libéralisme économique ? Quelles sont les réponses apportées par les grands auteurs : Smith, Condorcet, Walras, Hayek, il s'agit du premier volume de Economie et Démocratie. Le second volume, La démocratie et le marché, est axé sur la relation entre économie et démocratie à partir de problèmes contemporains, en particulier la mondialisation.
Toutes ces questions intéresseront aussi bien les étudiants et chercheurs en économie, sociologie, histoire, droit et philosophie politique, que tous ceux qui s'interrogent sur le sens des mutations économiques et politiques.

Ont contribué à cet ouvrage : Christian BARRERE, Francis Urbain CLAVE, Fabrice dannequin, Cyrille ferraton, Hervé guillemin, Robert hebert, Jean-Philippe d'INTRONO, Henri JORDA, Ludovic JULIEN, Odile LAKOMSKI-LAGUERRE, Catherine larrere, Annie lechenet, Stéphane GUET, George navet, Marlyse POUCHOL, Marie-Claude ROYER, Fabrice TRICOU, Patrick TROUDE-CHASTENET

Publication aux éditions L’Harmattan, ISBN : 2-7475-5640-9

La démocratie et le marché

Si le marché fonctionnait convenablement (transparence, liberté d’agir, choix multiples et conscient, etc.) pourrait-il améliorer (ou même dans certains pays, créer).les pratiques démocratiques ? Les auteurs de ce volume discutent les conditions et les expressions d'une « prise de parole publique et d'un système politiquement diversifié.

Ce livre rassemble les textes qui éclairent la relation entre économie et démocratie à partir d'illustrations contemporaines : le développement, l'environnement, la mondialisation, les relations dans l'entreprise, la science et les nouvelles technologies et aussi les alternatives possibles.

Il s’agît du second volume de Economie et Démocratie. Le premier volume, Les théories économiques et la politique, examine la relation sous ses aspects théoriques et historiques en interrogeant, notamment, les grands auteurs.

Toutes ces questions intéresseront aussi bien les étudiants et chercheurs en économie, sociologie, histoire, droit et philosophie politique, que tous ceux qui s'interrogent sur le sens des mutations économiques et politiques.

Ont contribué à cet ouvrage : Didier bevanT Bernard billaudot, Guy caire,Stéphane callens, Cécilia CLAEYS-MEKDADE, Didier danet, François FACCHINI, Bertrand fiaLIP, Florence fOUQUEr, Ingrid france, Clotilde Granger, Hervé GUILLEMIN, Sophie HARNAY, Ahmed hennI Philippe hugon, Henri jorda, Marie-Noelle JUBENOT, Andrée KARTCHVSKY, Yves lambert, Blandine laperche, Christine LE CLAIMCHE, Aziz MBAYE, Martino NIEDDU, Bienvenu OKIEMY, Marlyse POUCHOL, Jean-Marc SIROIEN, Alfredo SUAREZ, Isabelle VIGOUROUX, Franck-Dominique VIVIEN, Michel ZERBATO.

Publication aux éditions L’Harmattan, ISBN : 2-7475-5641-7

democratie_et_marche.jpg
monnaiefinancement.jpg
Monnaie et financement de l'économie

Cet ouvrage a pour objectif de présenter de façon synthétique l’essentiel des connaissances relatives à la monnaie et au financement de l’économie. Il aborde successivement :

• les mécanismes fondamentaux de la monnaie : historique, fonctions, motifs de détention ;
• la création monétaire : agents, modalités de contrôle ;
• l’évolution du financement de l’économie : modalités (agents financiers ou marchés), cas de la France.

Cette deuxième édition, entièrement remaniée, intègre les dernières modifications intervenues dans la sphère monétaire, comme la réforme d’Euronext ou la loi de sécurité financière, et expose les principaux débats actuels relatifs à la monnaie et au financement : rôle et place des agents financiers français face à l’unification monétaire, décisions de la Banque Centrale Européenne, risques liés au développement des marchés de capitaux.

Les connaissances de base sont présentées sans formalisation mathématique excessive et illustrées de nombreux exemples ; un résumé est proposé à la fin de chaque chapitre.

Télécharger la table des matières (Pdf)

Auteur : Marie Delaplace

Publication aux éditions Dunod, ISBN : 2 10 049451 1

Dynamique et transformations du capitalisme

Dynamique et transformations du capitalisme

Cet ouvrage regroupe onze études de chercheurs français et étrangers qui s'interrogent sur les déterminants de la dynamique du capitalisme ainsi que sur la nature et la portée de certaines de ses transformations. La référence aux « cycles » ou « mouvements » longs Kondratieff, caractérisés comme une composante spécifique de la dynamique éco-nomique des pays capitalistes développés, sous-tend les analyses consacrées à l'évolu-tion en longue période des dépenses d'éducation et de protection sociale, à la « nouvelle économie » et à sa crise ainsi qu'à la question des guerres. Des approches disciplinaires diverses et complémentaires, telles que l'histoire, l'économie du droit et la sociologie, permettent d'éclairer certaines des transformations récentes des sociétés dont le capita-lisme organise et configure la vie économique et sociale : place de l'entreprise et rôle de l'entrepreneur dans l'économie, transformations concomitantes des formes d'organisation du travail et de la protection sociale, rôle croissant du droit dans la régulation, évolution des classes sociales. À travers des interrogations sur la manière dont le capitalisme af-fronte la contrainte environnementale et sur des formes alternatives d'organisation de l'activité économique, c'est finalement la question de la portée de certaines évolutions en cours et de leurs conséquences pour le devenir du capitalisme qui est soulevée.
Par la diversité des questions abordées et la pluralité des approches adoptées par les auteurs, cet ouvrage apporte ainsi une contribution originale à l'analyse de la dynamique et des transformations du capitalisme dont il éclaire différents aspects.


Les auteurs : Christian Barrère, Sophie Boutillier, Maurice Decaillot, Quynh Delau-nay, Jean-Paul Domin, Jean-Louis Escudier, Louis Fontvieille, Bernard Gerbier, Michel Husson, Sandrine Michel, Catherine Mills, Ana Bêla Nunes, Gilles Rasselet, Nuno Valério.

Gilles Rasselet qui a coordonné l'ouvrage est professeur de sciences économiques à l'université de Reims Champagne-Ardenne où il dirige le Laboratoire d'Analyse des Mou-vements Économiques (CERAS-OMI LAME) et le Master Sciences Sociales.

Publication aux éditions L’Harmattan, ISBN 978-2-296-03936-0

scan_pmp082.jpg
transformk.jpg
Les transformations du capitalisme contemporain

Alors même qu'il s'affirme depuis la fin des années 1980 comme la seule forme crédible d'organisation de l'activité économique, le capitalisme mondial connaît des transformations de très grande ampleur qui semblent bien n'être pas encore parvenues à leur terme. La mondialisation, associée à la libéralisation et à la déréglementation des économies nationales, la montée en puissance de nouveaux pays émergents (Chine, Inde, Brésil), le développement des NTIC et les bouleversements qu'elles suscitent dans les manières de communiquer, de produire et de consommer ainsi que la financiarisation croissante des économies sont quelques-unes de ces transformations sur lesquelles se focalise volontiers l'attention des observateurs. Mais la crise de l'Etat providence et du modèle social qui lui était associé en Europe de l'Ouest, les mutations du rapport salarial ou la reconfiguration des systèmes de protection sociale sont également des aspects marquants de ces transformations du capitalisme contemporain.
Qu'elles suscitent l'espoir ou la crainte, ces transformations soulèvent de multiples interrogations sur leur nature exacte, leur signification et leur portée, les enjeux de société qu'elles recouvrent et les perspectives qu'elles ouvrent.
Les vingt-quatre études de chercheurs français et étrangers qui composent cet ouvrage dressent un tableau d'ensemble de ces transformations du capitalisme contemporain et en proposent des éléments d'interprétation. Dans une diversité de points de vue et d'approches théoriques, elles apportent des éclairages complémentaires sur ces transformations, permettant de mieux appréhender la complexité des évolutions en cours, d'en dégager les lignes de force directrices et d'en mesurer les enjeux et la portée. 

Gilles RASSELET qui a coordonné l'ouvrage est professeur de sciences économiques à l'université de Reims Champagne-Ardenne où il dirige le Laboratoire d'Analyse des Mouvements Economiques (CERAS-OMI LAME) et le Master Sciences Sociales.

Les auteurs : Philippe Barbe, Paul Boccara, Eric Bosserelle, Christophe Boucher, Odile Castel, José Caudron, Marie-France Conus, Danièle Demoustier, Jean-Paul Domin, Ilyess El Karouni, Jean Fucher, Sandrine Garcia, Olivier Gauthier, Bernard Gerbier, Liêm Hoang-Ngoc, Pierre Le Masne, Terrence McDonough, Catherine Mills, Emlyn Nardone, Christophe Ramaux, Gilles Rasselet, Anne Reimat, Antoine Rémond, Damien Rousselière, Catherine Sifakis, Alfredo Suarez, Nadine Thévenot, Julie Valentin, Jean-François Vidal

Publication aux éditions L'Harmattan, ISBN 978-2-296-04350-3