Actualités du laboratoire

Soutenance de thèse de F. Hmida, le 8 décembre

La soutenance de la thèse de Fadoua Hmida intitulée "Spectroscopie FTIR à très haute résolution de SO2F2" est prévue le vendredi 8 décembre 2017 à l'Ecole Nationale Supérieure d'Ingénieurs de Tunis - Tunisie.

Plus d'informations

Séminaire de S. Guerlet, le 24 novembre 2017, à la BU, 12h30

Séminaire de S. Guerlet

Séminaire de Sandrine Guerlet (LMD Jussieu) le vendredi 24 novembre dans la salle de réunion de la Bibliothèque Universitaire de 12h30 à 13h30.

Titre du séminaire :
"L'atmosphère de Saturne: apport de la mission Cassini-Huygens"

Présentation de V. Guidard et O. Coopmann, lundi 13 novembre

Présentation de Vincent Guidard et Olivier Coopmann (CNRM), lundi 13/11/2017 à 10h00, dans la salle de réunion.

Sujet de la présentation :
- l'utilisation des observations dans les systèmes opérationnels d'analyse de Météo-France
- les observations satellitaires hyperspectrales infrarouges : importance des profils de concentration chimique pour améliorer l'assimilation de ces observations, focus sur l'utilisation des données de la campagne APOGEE (organisée au sein du GSMA)

La campagne AMULSE, nouveaux vols

La campagne AMULSE se poursuit au Moulin de la Housse.

Vol du 7 novembre 14h-14h30.

Vol du 8 novembre entre 12h-12h30.

Vol du 17 novembre entre 11h30-12h30.

D'autres vols sont prévus en février 2018.

vol du 17 novembre
vol du 17 novembre

Séminaire d' A. Podglajen le 27 octobre 2017

Le vendredi 27 octobre à 14h, Aurélien Podglajen, du laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD)/Polytechnique/IPLS viendra nous présenter ces travaux sur la turbulence autour de la tropopause tropicale.
Titre : Turbulence à la tropopause tropicale d'après des observations avion: rôle des nuages et impacts sur le mélange et le transport vertical de constituants

Résumé :
Dans l'atmosphère, la turbulence de petite échelle (<100 m) participe au transport de constituants mineurs comme la vapeur d'eau, l'ozone, le méthane ou le CO2. Dans la couche de la tropopause tropicale (TTL, entre 14 et 18,5 km d'altitude), elle contribue au mélange de ces traceurs ainsi qu'à leur transport vertical vers la stratosphère. Elle y est en compétition avec l'ascendance de grande échelle associée à la circulation de Brewer-Dobson et avec l'impact direct de la convection profonde. Néanmoins, malgré ce rôle primordial, la turbulence de petite échelle est mal contrainte par les observations et ses impacts sur le mélange et le transport sont très mal quantifiés. Des observations avion récentes à la tropopause tropicale lors des campagnes ATTREX (2013-2014) et POSIDON (2016) permettent de combler partiellement ces lacunes. Dans cette présentation, je caractériserai la turbulence dans la TTL à partir des mesures de l'instrument MMS (Meteorological Measurement System) lors de ces deux campagnes. J'accorderai une attention particulière à l'impact des nuages (cirrus fins et nuages convectifs profonds) et des ondes d'inertie-gravité. Je m'intéresserai également à quantifier l'impact de cette turbulence sur différents traceurs (vapeur d'eau, ozone, monoxyde de carbone, méthane).

Résumé en anglais

Workshop "Spectroscopy and dynamics of Ozone and Related Atmospheric Species" 4-6/10/2017

Affiche ozone

Le GSMA organisera le colloque international

" Spectroscopy and Dynamics of Ozone

and Related Atmospheric Species"

du 4 au 6 octobre 2017.

Soutenance de thèse de B. Seignovert, le mardi 26 septembre

Benoît Seignovert soutiendra sa thèse le mardi 26 septembre à 14h dans l'amphi 2 (campus sciences).

Titre : Analyse de la couche détachée de Titan à l'aide de l'instrument Cassini/ISS

Résumé : Chargée de brume photochimique, l'atmosphère de Titan est le siège d'une activité dynamique complexe évoluant lentement au gré des saisons. Tout comme la couche d'ozone sur Terre, la couche détachée sur Titan est une fine bande d'aérosols englobant la partie la plus externe de son atmosphère. Depuis sa découverte par les sondes Voyager dans les années 80, elle attise les curiosités quant à sa composition et ses mécanismes de formation. Grâce à la sonde Cassini, en orbite autour de Saturne depuis 2004, nous avons une opportunité unique de l'observer sur près d'une demie année titanienne. Cette thèse vise à réaliser un suivi détaillé de la couche détachée sur l'ensemble de cette mission en s'appuyant sur les relevés réalisés par l'instrument ISS. Dans un premier temps, nous présentons la procédure de traitement mise en place pour calibrer et géo-référencer les données du PDS. Puis, nous réalisons une caractérisation des propriétés optiques des aérosols présents dans la couche détachée en couplant un modèle de diffusion par des agrégats fractals avec un modèle de transfert radiatif simplifié. Par la suite, ces nouvelles contraintes sont réutilisées pour réaliser une inversion globale des profils d'extinction de la brume en s'appuyant sur un modèle plus complexe de transfert radiatif au limbe. Ces relevés systématiques nous permettent de suivre l'évolution spatiale et temporelle de la couche détachée tout au long de la mission Cassini. Enfin, nous nous penchons tout particulièrement sur la disparition de la couche détachée au passage de l'équinoxe de printemps, suivi de sa réapparition en 2016, peu de temps avant le solstice d'été.

Jury :
M. Pascal RANNOU, GSMA (Directeur de thèse)
M. Panayotis LAVVAS, GSMA (Co-directeur de thèse)
Mme Caitlin GRIFFITH, LPI (Rapportrice)
M. Sébastien LEBONNOIS, LMD (Rapporteur)
Mme Sandrine VINATIER, LESIA (Examinatrice)
M. Christophe SOTIN, JPL (Examinateur)

{bloc_1_18}

Chaire franco-brésilienne

Alexander Alijah a été sélectionné dans le cadre de la quatrième édition du Programme des Chaires Franco-Bresiliennes à l’UFMG ( Université Fédérale de Minas Gerais ) et a obtenu une chaire de mi-octobre à mi-décembre 2017 pour travailler avec le Professeur José Rachid Mohallem sur la Spectroscopie moléculaire d’intérêt astrophysique et astrochimique.

Le programme des Chaires franco-brésiliennes à l’UFMG permet l’accueil – dans toutes les disciplines – de professeurs ou de chercheurs d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche français pour une durée supérieure à 45 jours et inférieure à 4 mois durant la période entre le début d’août à mi-décembre 2017. Il priorise la constitution de partenariats entre deux équipes de recherches, avec une perspective de pérennité et de réciprocité.

Cette chaire, codirigée avec un Professeur brésilien, constitue une excellente opportunité pour développer et structurer les collaborations entre les organismes français et l’UFMG au travers d’actions de recherche, d’enseignement et de divulgation scientifique.

Sortie du livre "High-Resolution Spectroscopy of Small Molecules"

Livre spectroscopie

Le livre de spectroscopie :

"High-Resolution Electronic Spectroscopy of Small Molecules"

co-écrit par Alexander Alijah et Geoffrey Duxbury

de l'Université de Strathclyde en Ecosse,

vient d'être édité .

ISBN 9781482245592 - CRC Press

Campagne AMULSE au Moulin de la Housse

Durant la période du 15 mai au 9 juillet 2017, en collaboration avec Météo France et le CNRM (Centre National de Recherches Météorologiques), le GSMA (Equipe L.Joly) procédera à une campagne de mesures. Celle-ci se déroulera à partir du terrain de rugby, sur le campus Moulin de la Housse.
Lors de cette période, plusieurs lâchers de ballons météorologiques seront opérés pour la mesure des profils (jusqu’à 30 km d’altitude) de la température, de la pression, de l’humidité et de différentes concentrations de gaz (notamment : ozone, dioxyde de carbone, méthane). L’un des objectifs de cette campagne est d’effectuer ces mesures sous ballon en co-localisation avec le satellite IASI, en orbite autour de la terre, développé conjointement par le CNES (Centre National d’Etude Spatiale) et EUMETSAT (Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques)

Le GSMA aura la tâche de fournir des profils précis et hautes résolutions des deux gaz à effet de serre CO2 et CH4 à l’aide de l'instrument AMULSE (Atmospheric Measurement Ultralight SpEctrometer) développé au sein du laboratoire.
Ces données permettront d’avoir des données comparatives qui peuvent permettre de valider les modèles météorologiques du CNRM/Météo France.
De plus, l’alliance de l’ensemble de ces mesures offre une opportunité d’analyse des processus physico-chimiques restant encore peu étudiés dans la stratosphère et l'interface entre la troposphère et la stratosphère dit communément UTLS (Upper Troposphere – Lower Stratosphere).

Toutes les informations concernant cette campagne et les jours où les lâchers de ballons se dérouleront seront disponibles sur le site : https://gsma-apogee.univ-reims.fr, avec le suivi des vols (altitude, pression, température en fonction du temps) en temps réel, ainsi que des photos et des vidéos.

Voir les vidéos sur YouTube

Prochains vols

  • Vol prévu le vendredi 30 juin, l' après-midi. Le vol est annulé pour cause de mauvais temps.
  • Plusieurs vols prévus le mardi 4 juillet, à partir de 4h du matin jusqu'à 13h.
  • Vol prévu le mercredi 5 juillet à 12h30.

Séminaire, mardi 23 mai 2017

Le Professeur Shehdeh Jodeh, professeur à l'Université An-Najah à Naplouse donnera une conférence intitulée :

"New Technology in Polymer Chemistry: Converting Plastic to Conductive Material"

A 15h, Salle de réunion du GSMA

Une explication aux mers effervescentes de Titan

Fig. 1 : Image radar de la mer Ligeia Mare
La mission Cassini-Huygens a révélé sur Titan, le plus grand satellite de Saturne, l’existence de mers probablement constituées de méthane, d’éthane et de diazote.

Détecté en 2013, un phénomène jusqu’alors inexpliqué laissait apparaître puis disparaître des régions de surbrillance dans la mer Ligeia Mare, selon les images rapportées par le radar de l’orbiteur Cassini.

Ce mystérieux phénomène surnommé « Magic Islands » a finalement trouvé une explication. L'équipe de Daniel Cordier vient de montrer que le mélange diazote – méthane – éthane est instable aux pressions et températures attendues dans les profondeurs de Ligeia Mare. D’après la circulation hydrodynamique de cette mer, un brassage de liquide se produit entre la surface et les profondeurs. Une partie du mélange de surface, riche en diazote, atteint ainsi les profondeurs qui contiennent plus d’éthane. Les liquides se séparent alors sous l’effet de la pression, et le diazote gazeux remonte à la surface. Ces bulles de diazote sont formées à une profondeur comprise entre 100 et 200m et peuvent atteindre un diamètre de quatre centimètres.
Au gré de la météorologie marine de Titan, ce phénomène peut s’étendre sur des pans de mer de plusieurs centaines de kilomètres carrés. Selon l’étude publiée dans Nature Astronomy, cette effervescence reste éphémère, ce qui explique qu’elle ne soit pas systématiquement détectée par le radar de Cassini.

Fig. 1 : Image radar de la mer Ligeia Mare qui se situe dans la région polaire nord de Titan. Sur la gauche, des images de la région indiquée par le carré « Inset area » sont reportées. Réalisées lors de « flybys » de Cassini allant d’avril 2007 à janvier 2015, ces images montrent clairement l’apparition, puis la disparition, d’une « Magic Islands » à la surface de Ligeia Mare. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASI/Cornell


Source :

"Bubble streams in Titan's seas as product of liquid N2+CH4+C2H6 cryogenic mixture", Daniel Cordier, Fernando Garcia-Sanchez, Daimler N. Justo-Garcia, Gérard Liger-Belair, Nature Astronomy, 18 avril 2017. DOI : 10.1038/s41550-017-0102

Médias (articles et interviews)