Octobre 2017 - La mobilité internationale de crédits Erasmus +

Qui entend « Erasmus + » limite souvent le périmètre de ce programme aux mobilités étudiantes intra-européennes. Si, dans les trente années d’existence d’Erasmus, cette vision a longtemps été légitime, il n’en est désormais plus rien.

Le programme Erasmus + offre à présent une diversité d’actions destinées à un nombre croissant d’intervenants. Le programme Erasmus + « Mobilité Internationale de Crédits » (MIC), que nous vous proposons de découvrir à l’occasion de ce zoom, en fait partie.

Logo Erasmus +

La MIC : diffuser Erasmus hors de l’Europe

La philosophie Erasmus transposée hors Europe

Les principes gouvernant le programme Erasmus + classique se retrouvent dans ceux à l’origine du programme MIC : l’accroissement des mobilités d’étudiants, d’enseignants-chercheurs et de personnels, laquelle passe notamment par une reconnaissance des compétences et qualifications acquises, contribue à l’internationalisation de l’établissement et plus particulièrement aux qualités internationales de son offre de formation et, par extension, de ses activités de recherche.

A la différence de programme Erasmus + classique, la zone d’éligibilité des mobilités du programme s’étend à l’ensemble des pays partenaires au Programme Erasmus + soit la quasi-intégralité des pays situés hors de l’Europe.

Mais à l’instar du programme classique, quatre types de mobilités sont éligibles :

  • Les mobilités études ou combinées (études + stages), de 3 à 12 mois.
  • Les mobilités stages, de 2 à 12 mois
  • Les mobilités d’enseignement, de 5 jours à 2 mois avec une obligation de 8h d’enseignement/semaine (avec la possibilité de mettre en place la mobilité à l’URCA d’un représentant d’entreprise international).
  • Les mobilités de formation de personnel, de 5 jours à 2 mois
guillemets

Hélène Pinaud, coordinatrice de la dimension internationale au sein du cabinet de la directrice de l’Agence Erasmus + France, nous parle du dispositif MIC et partage ses conseils pour monter un projet de qualité.

Nous l'avons rencontrée lors des Journées d'Information Erasmus + à Bordeaux.

Lire l'entretien

Des règles de fonctionnement particulières

Au-delà de ces caractéristiques communes, le fonctionnement du programme MIC se distingue sur plusieurs points :

  • des exigences plus contraignantes dans la soumission des candidatures lesquelles interviennent une fois par an au nom de l’établissement et non par projet ou discipline scientifique,
  • un taux de couverture des mobilités qui cumule une prise en charge des frais de séjour et des frais de transport,
  • le caractère structurel des mobilités qui doivent servir la stratégie internationale des établissements partenaires et leurs objectifs de long terme (comme, par exemple, la mise en place de formations conjointes) ; un plan de travail prévisionnel est ainsi requis ainsi qu’une définition circonstanciée des effets recherchés sur les individus, l’établissement et le territoire ;
  • des fonds attribués à des mobilités précisément définies en amont et qui engagent les établissements co-contractants à respecter leurs engagements pendant les 16 à 26 mois de durée des projets.

Un outil efficace de la stratégie internationale des universités

Des mobilités individuelles au service d’une vision globale

Ces mobilités hors Europe servent également, de façon indirecte, les grands objectifs de la politique étrangère de l’Union Européenne. Certaines zones géographiques, faisant l’objet d’une attention politique particulière, sont ainsi mieux dotées que d’autres dans le programme MIC.

A titre d’information, sur un budget global de 15,7 M€ disponible en 2017 pour les établissements français, un tiers des mobilités demandées ont trouvé financement et la sélectivité des projets par zone géographique s’opérait ainsi :

Régions

Mobilités

demandées

Mobilités

financées

Taux de sélection

Balkans

554

529

95%

Voisinage du Sud (Maghreb)

2550

708

36%

Voisinage de l’Est (Ukraine, Biélorussie, Caucase)

1079

581

54%

Russie

828

309

37%

Amérique latine

1052

97

9%

Asie

1375

371

27%

Asie centrale

257

140

54%

Moyen-Orient

138

55

40%

Afrique du Sud

157

48

31%

Afrique-Caraïbes-Pacifique

578

124

21%

Amérique du Nord

1015

136

13%

Pays industrialisés asiatiques

663

127

19%

Total

10 246

3 437

34%

Un outil utile dans le développement de partenariats de recherche

Déposer un projet dans le cadre du programme MIC a d’autres effets vertueux au-delà des mobilités qu’il permet de mettre en œuvre. Les mobilités courtes obtenues peuvent faciliter les prises de contact au niveau de la recherche et les échanges en amont du montage de projets internationaux, au moment où les financements sont les plus difficiles à trouver.

Par un système de bourses relativement attractif (850 €/mois pour les étudiants et les stagiaires et 160 €/jour pour les enseignants-chercheurs et les personnels), il permet également d’attirer à l’URCA les meilleurs talents.

guillemets

Comment candidater ?

La candidature se déroule en plusieurs étapes :

  • L’identification d’un partenaire désireux de s’engager sur des projets engageants de 16 à 26 mois impliquant notamment des reconnaissances de crédits et l’identification d’étudiants justifiant des prérequis linguistiques, académiques ou scientifiques pour participer à une mobilité au sein de l’URCA ou des capacités d’accueil pour accueillir nos étudiants.
  • La sélection au niveau de l’URCA. La candidature déposée par l’URCA devra cibler un nombre limité de pays qui, au regard de la nature des mobilités demandées, seront jugés prioritaires dans la stratégie extra-européenne de l’établissement. Pour plus d’informations sur cette étape, nous vous conseillons de prendre dès maintenant contact avec votre correspondant RI ou directement avec la DREDI (Christine Bouteiller). Une fois les pays cibles définis, la rédaction de la partie pédagogique des projets proposés s’étendra de fin octobre à fin novembre 2017.
  • La soumission de la candidature au niveau de l’agence Erasmus. La date-limite de dépôt pour l’établissement est le 1er février 2017 avec un début de période contractuelle, pour les projets retenus, fixé au 1er juin 2018.