Les étudiant.e.s à l'international

Les étudiant.e.s à l'international

Depuis plusieurs années, des étudiant.e.s du M2 MEES font le choix, dans le cadre de leur projet d'études, de partir à l'international dans une démarche de troc des pratiques. Durant plusieurs jours, il.elle.s vont partager leurs expériences et leurs savoirs français de l'ESS avec des structures et chercheur.e.s hôtes et apprendre des leurs. Ce brassage permet à la fois d'exporter et d'importer des pratiques, tout en permettant de prendre du recul quant à la définition d'ESS selon les pays.

Ce projet s’inscrivait dans une logique de troc des pratiques, visant à étudier la transferabilité d’une utopie espagnole, Marinaleda, coopérative andalouse. Celle-ci est en réalité un village autogéré depuis une trentaine d’années, mêlant les fonctions publiques et coopératives.

Après avoir rencontré plusieurs acteurs de cette structure, Melissa, Belkader, Laura et Claire ont conclu que ce modèle n’était pas transférable, se reposant sur une histoire et un ancrage territorial fort, notamment par la place qu’occupe ses responsables. Ce système est donc très particulier, trop peut-être, par rapport au modèle coopératif espagnole, et la pérennité de celui-ci est aujourd’hui remis en cause.

Ce projet avait pour objectif d’étudier l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap en Espagne à travers les structures de l'ESS. Après avoir rencontre Carmen Parra, titulaire de la chaire d’ESS de l’université de Barcelone afin de mieux comprendre l’ESS en Espagne, Morgane, Elodie et Anthony ont visité la coopérative sociale vinicole l’Olivera en Catalogne.

Au delà d’un manque de connaissance de l’ESS et de ses valeurs par ses usagers, cette expérience fût l’occasion de découvrir les divergences entre les modèles français et espagnol, particulièrement dans le système de prise de décision des coopératives. En effet les exemples montrent une frontière poreuse entre la sphère opérationnelle et décisionnelle, chose où la France établit des frontières plus strictes.

Ce projet avait pour objectif de découvrir les pratiques innovantes en économie sociale outre atlantique. Les trois étudiant.e.s porteur.euse.s du projet ont composé une délégation de 8 personnes au total, comprenants une enseignante chercheure, une doctorante, une représentante de la CRESSCA, un.e entrepreneur.e de l'ESS et un.e élu.e local.e en charge de l'ESS. Ce voyage avait également pour but de voir naître les bases d'une collaboration durable, aujourd'hui en cours de concrétisation.

Ce projet se reposait sur la visite d'une coopérative de femmes à Oujda, dans l'est du Maroc. L'étude visait à comprendre, à travers cette structure, le rôle de l'ESS dans une politique nationale en faveur de l'accès à l'emploi pour les femmes.