Biographie de Pierre Duharcourt

Pierre DUHARCOURT
Né le 11 juin 1941 à Bourges (Cher).
Marié, quatre enfants.

Ingénieur civil des Mines (1964).
Docteur d'Etat es Sciences Economiques (1969)
Agrégé des Facultés de Droit et des Sciences Economiques (1970).

Lieutenant de réserve.

Chevalier de la Légion d'honneur

Décédé le 6 août 2012

Après des études secondaires aux lycées de Clermont-Ferrand puis de Savigny-sur-Orge et l’obtention du baccalauréat Mathématiques élémentaires, Pierre Duharcourt poursuivit ses études au Lycée Louis-le-Grand en Mathématiques Supérieures puis à l’École Nationale Supérieure des Mines de Nancy, d’où il sortit ingénieur civil en 1964.

En parallèle à ses études d’ingénieur, il poursuivit des études de sciences économiques à la Faculté de Droit et de Sciences Economiques de Nancy. Après l’obtention de son diplôme d’ingénieur, il choisit finalement de s’engager dans la voie d’une carrière d’enseignant-chercheur en sciences économiques en devenant, d’octobre 1964 à octobre 1967, assistant en sciences économiques à l’Université de Nancy et vacataire à l’École des Mines de Nancy, et en débutant une thèse de Doctorat d’Etat en sciences économiques sous la direction du Professeur Jacques Houssiaux.

Il fit ensuite son service militaire en tant qu’élève officier dans les transmissions puis, rendu à la vie civile, fut nommé assistant de sciences économiques à l’Université de Paris 1 de janvier 1969 à janvier 1970. Il acheva alors sa thèse de doctorat d’Etat ès sciences économiques consacrée à La fonction d’investissement, qui fut soutenue en 1969 puis publiée en 1970 aux éditions Sirey avec une préface du Professeur Henri Guitton.

En janvier 1970, il fut nommé chargé de cours en sciences économiques à l’Université de Reims. Reçu au concours d’agrégation des Facultés de Droit et de Sciences économiques cette même année 1970, il fut nommé, en janvier 1971, Maître de conférences agrégé (l’équivalent aujourd’hui de Professeur des universités de seconde classe) à l’Université de Yaoundé (Cameroun).

En janvier 1972, il fut nommé Maître de conférences agrégé à l’Université de Reims où il deviendra Professeur titulaire en octobre 1974 et où il restera en poste jusqu’en octobre 1990.

A Reims, Pierre Duharcourt a rapidement imposé sa marque comme professeur en prenant en charge des cours fondamentaux, structurants de la filière sciences économiques, et en particulier deux cours annuels : le cours de « Systèmes et structures » de 1ère année de licence et le cours de « Croissance et fluctuations » de 3ème année de licence ; des cours dont il a rédigé des polycopiés complets à l’intention de ses étudiants.

Il fut également à l’iniiative de la création du premier centre de recherche en sciences économiques de l’Université de Reims, le « Centre de recherche en Analyse de Systèmes » (CERAS) qu’il a dirigé jusqu’à son départ de Reims et sa mutation à l’Univesité de Marne-la-Vallée en 1990.

Il s’est aussi très vite impliqué dans la gestion et l’administration de la Faculté de Droit et des Sciences Économiques en devenant Président de la Section d’économie de la Faculté. Fonction dans laquelle il s’est fait un défenseur rigoureux de la filière des sciences économiques au sein de l’université en même temps qu’il œuvrait à son ouverture aux sciences de gestion et soutenait les initiatives de ses collègues gestionnaires en vue du développement des enseignements de gestion au sein de l’Université.

En 1986, lorsque fut créée la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, après la partition de l’ancienne Faculté de Droit et Sciences Économiques en deux UFR distinctes (la Faculté de Droit et de Science Politique et la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion), il fut tout naturellement élu Doyen de la nouvelle Faculté. Dans l’exercice de cette fonction, partisan convaincu de la pluridisciplinarité, il a poussé non seulement à l’adaptation des programmes de la filière des sciences économiques proprement dite mais aussi au développement de la filière de gestion. Il a de même soutenu la création de l’antenne universitaire de Troyes, dans laquelle il voyait un moyen d’accroître le rayonnement de l’Université et de favoriser sa démocratisation en rapprochant l’université des familles. Il a également appuyé la création de la filière Administration Économique et Sociale, ce qui a ouvert la voie à une évolution importante de la Faculté, devenue par la suite la Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion.

En octobre 1990, il quitte Reims pour rejoindre la nouvelle Université de Marne-la-Vallée (UMLV) où il restera en poste jusqu’en 2007 et sera nommé, par le Conseil national des universités, Professeur de classe exceptionnelle.

Dans cette nouvelle université, il a, comme cela avait déjà été le cas à Reims, joué un rôle central dans le développement des diverses filières de sciences économiques, en prenant à nouveau la responsabilité de cours importants comme, par exemple, le cours d’analyse économique de 1ère année du Deug scences économiques ou le cours d’Economie industrielle de la licence, et en étant responsable de l’élabortation de l’ensemble des projets rellatifs à l’économie et à la gestion dans cette université.

Il y a créé également le laboratoire de recherche « Organisation et Efficacité de la Production », destiné à regrouper en son sein les enseignants chercheurs en sciences économiques et en gestion de l’Université, et qu’il a dirigé jusqu’en 2003.

Après avoir impulsé la création de l’Unité de Sciences Économiques au sein de l’UMLV, et dès que celle-ci s’est transformée en UFR de plein exercice, en 1998, il en est devenu le Directeur, fonction qu’il a assurée jusqu’en 2005.

Très impliqué dans la vie des établissements où il a exercé son métier d’enseignant-chercheur en sciences économiques, Pierre Duharcourt s’est, en parallèle, fortement engagé dans l’action militante syndicale de défense de l’enseignement supérieur et de ses personnels.

Il était membre du Syndicat national de l’enseignement supérieur (le SNESup). A ce titre, il a été élu dès 1973 membre de la Commission administrative et du Bureau national du SNESup. Il en est devenu le secrétaire général en 1977, fonction qu’il a exercée jusqu’en 1983. Il est resté ensuite membre du Bureau national et du Secrétariat national du Syndicat.

Il a également été l’un des acteurs de la création de la Fédération Syndicale Unitaire (FSU). Il en fut élu co-secrétaire général en 2000-2001, et a par la suite continué à participer à sa direction.

De 1999 à 2010, il a représenté la FSU au sein du Conseil Économique, Social et Environnemental où il était rattaché au groupe des personnalités qualifiées et où il a participé très activement aux travaux de la Section des questions économiques générales et de la conjoncture du Conseil, présentant successivement au CESE quatre rapports entre 2002 et 2009.

En liaison avec son engagement syndical il a siégé, comme membre élu, dans plusieurs instances : le CNESER où il a assumé la fonction de Président du CNESER statuant en matière disciplinaire ; au CNU comme élu de la 5ème section (sciences économiques) ; au CTP Central des personnels de statut universitaire ; au Conseil d’administration et au Conseil scientifique de l’Université de Marne-la-Vallée. Il était membre du Conseil scientifique de l’Institut de recherche de la FSU.

Engagé politiquement, il participa un temps aux travaux de la Section économique du PCF et fut membre du Conseil de direction de la revue Issues. De 1983 à1984, il fut membre du cabinet de M. Anicet Le Pors, Ministre de la fonction publique et des réformes administratives.

Il fut aussi membre du conseil d’orientation de l’Office Français des Conjonctures Économiques (OFCE) et du conseil d’administration de l’Institut de Sciences Mathématiques et Économiques Appliquées (ISMEA).

Après son départ en retraite, il poursuivit sans relâche et jusqu’à son décès une activité très soutenue de chercheur et de militant.

Pierre Duharcourt