La Recherche au GEGENAA

batiments_400px.jpg

Le GEGENAA est une structure de recherche et de formation en Sciences de la Terre, Géographie physique et Archéologie.

Notre équipe couvre un large domaine de recherche: Géologie, Géomorphologie, Sciences du sol, Géochimie, Archéométrie, Géomatériaux, Télédétection, SIG, Développement durable, Risques naturels et environnementaux.

La collaboration interdisciplinaire au sein de notre équipe s’articule autour de deux actions thématiques de recherche :

  • Géomatériaux : de la formation à l’anthropisation
  • Dynamique de l’environnement et transfert

Action thématique 1 - Géomatériaux: de la formation à l'anthropisation

L’étude des géomatériaux trouve des applications concrètes et d'actualité dans les domaines de l'archéométrie, la gestion de l'environnement, la préservation ou la valorisation du patrimoine.

Nos activités se déclinent en trois volets étroitement reliés entre eux :
1/ la détection et l'étude des sites d’extraction de géomatériaux,
2/ la caractérisation des géomatériaux extraits (pierres, sables, argiles, minerais) et des matériaux produits,
3/ l’emploi et le devenir des matériaux après leur mise en œuvre ou leur diffusion.
Les caractérisations s’opèrent de manière multiscalaire allant de l’analyse microscopique d’échantillons à la cartographie par prospection de terrain ou par télédétection. Nous étudions les géomatériaux non seulement en tant qu’objets géologiques mais aussi dans leur évolution post-extraction : valorisation, altération, conservation, etc.
Action thématique 2 - Dynamique de l'environnement et transfert

Les modalités d’écoulements et de transferts aux interfaces (atmosphère/sol et sol/sous-sol) sont étudiées à différentes échelles de temps (du Pléistocène-Holocène à l’actuel) et d’espace (de la parcelle agri-viticole au bassin versant).

L’objectif est de déterminer les facteurs contrôlant les transferts latéraux (ruissellement) et verticaux (infiltration diffuse et concentrée) d’eau et de matières (sédiments, éléments traces métalliques) de la surface du sol à la zone saturée. Dans ce but, une approche superficielle de surface faisant appel à la pédologie, la géochimie et la géomorphologie dynamique est couplée à une approche souterraine (karstologie, subterranologie).

L’ensemble des travaux s’intègre dans une démarche de modélisation visant la compréhension des processus de transferts d’eau et la prédiction du devenir des polluants associés.