Bienvenue sur le site du Laboratoire de Psychologie C2S

logoc2s.jpg
logocapsantede1f.jpg

Champagne-Ardenne-Picardie Santé
FED 4231

Une unité regroupant les chercheurs en psychologie de l'URCA


Le laboratoire C2S de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), localisé sur le campus Croix Rouge, a été créé le 1er janvier 2012 et résulte historiquement de la fusion rémoise de deux laboratoires de psychologie bi-sites (Reims-Amiens) : CLEA et LPA. Il s’agit d’une Equipe d’Accueil structurée scientifiquement autour de deux axes thématiques : « Socialisation & Conduites » et « Cognition, Emotions, Vulnérabilités ». Tous ses chercheurs, de sous-disciplines différentes ou disciplines connexes, participent, avec une méthodologie scientifique et expérimentale, à une meilleure compréhension des mécanismes qui permettent aux individus, enfants ou adultes, de traiter les informations relatives à autrui et aux situations sociales dans un continuum allant du normal au pathologique, dans une perspective intra- ou inter-individuelle. L’étude de la cognition sociale est ainsi envisagée de façon complémentaire au sein de ses deux axes thématiques.

Cet axe regroupe des enseignants-chercheurs en psychologie sociale, différentielle, clinique et développementale qui étudient, dans le champ de la cognition sociale, l’effet du contexte sur les conduites. Est entendue ici par étude de la « cognition sociale », celle des processus cognitifs, émotionnels et motivationnels de l’être humain dans des contextes sociaux intégrant différents enjeux et degrés de contrainte. Ces processus concernent la perception et la compréhension du fonctionnement psychologique des individus (i.e. identité, personnalité, états mentaux, intentions, motivation) en contexte social. Les thématiques développées dans cet axe portent principalement sur :

a) L’identification et l’étude des contextes potentiellement menaçants et de leur représentation par les individus (e.g., risques professionnels et sociétaux, situations évaluatives, transitions de vie).

b) L’étude des conduites d’ajustement mises en œuvre pour faire face à ces contextes (e.g., motivation, conduites à risque, comportements de santé, comportements alimentaires ou activités physiques, performance, santé au travail), ainsi que celle des processus cognitifs et socio-émotionnels sous-tendant ces conduites (e.g., évaluation cognitive primaire, processus motivationnels).

c) L’identification et l’étude des caractéristiques individuelles ou situationnelles en tant que ressources potentielles pour faire face aux contextes menaçants, en particulier les caractéristiques du « Soi » et de la personnalité (e.g., estime de soi, affirmation de soi, motivation), et celles impactant l’adaptation sociale (e.g., empathie, théorie de l’esprit).

Cet axe regroupe des enseignants-chercheurs en psychologie cognitive, développementale, psychopathologie, psychologie du sport et de l’exercice physique, neuropsychologie et psychiatrie travaillant dans le champ de la cognition sociale y compris les émotions. La cognition sociale est ici envisagée comme un des vecteurs essentiels à la réussite des relations interpersonnelles : comprendre autrui est fondamental dans l’ajustement de son propre comportement (e.g., conversationnel, émotionnel) à la situation rencontrée. Il s’agit donc de pouvoir identifier, reconnaître les émotions et décoder les états mentaux et émotionnels d’autrui, ainsi que l’intention communicative, ceci afin de s’ajuster à la situation interpersonnelle. Les thématiques développées s’articulent autour de :

a) L’étude des fonctions connues comme interdépendantes que sont le langage, surtout dans son volet compréhension, la cognition sociale (e.g., émotions, théorie de l’esprit, empathie), les fonctions exécutives, la mémoire et la métacognition. Ces fonctions ainsi que leur développement sont particulièrement étudiées dans les interactions sociales et la communication. Ces travaux s’appuient sur des méthodes d’étude comportementale, psychophysiologique et d’imagerie cérébrale.

b) La caractérisation de troubles cognitifs et émotionnels de populations manifestant notamment des difficultés dans les interactions sociales et la communication (e.g., troubles développementaux, schizophrénie, schizotypie, troubles thymiques, addictions) ainsi que l’identification de différents marqueurs de vulnérabilité à ces pathologies.

Organigramme C2S