Objectifs

Contexte 2

Le projet DIADeM a pour objectif de proposer et développer une méthodologie visant à améliorer la prédiction des conséquences d'actions de gestion sur les écosystèmes.

Un consortium transfrontalier de 8 partenaires opérateurs et 7 associés propose de déployer une approche pluridisciplinaire alliant chimie, biologie et modélisation afin d'améliorer le diagnostic et le suivi de la qualité chimique des masses d'eau transfrontalières de l'axe Meuse (amont de Sedan à Namur) et de deux affluents (Semois et Haute-Sambre) dans une démarche de co-construction avec les gestionnaires (SPGE, AERM, Ardenne Metropole...).

Pour atteindre cet objectif, le projet DIADeM s'organise en 6 modules de travail (MT, cf Diagramme de Gantt) dont le premier (MT 1) est dédié à la coordination et à la gestion du projet à l'aide d'un comité de coordination impliquant l'ensemble des partenaires.

Organisation MT

Afin d'associer un large public transfrontalier à notre démarche, le second module (MT 2) vise à faire du projet DIADeM un lieu d'échange privilégié aussi bien pour les gestionnaires que pour le grand public. Ce MT visera à promouvoir les résultats du consortium à travers des actions de vulgarisation (cafés des sciences, émissions télévisées...), de communication (ateliers thématiques, conférences) et de formation (scolaire et universitaire). Ainsi, le projet contribuera à améliorer la sensibilisation du public de l'interrégionalité à la problématique de la qualité des masses d'eau transfrontalières. Ce MT s'inscrira également fortement dans le transfert vers les gestionnaires, notamment via l'établissement de guides d'application des nouveaux outils développés dans DIADeM.

L'acquisition de nouvelles connaissances permettant la mise en place de cette nouvelle stratégie, s'organisera autour de plusieurs actions dans les MT 3 à 5.

Le MT 3 porte sur l'état et la qualité de l'eau en ce qui concerne les contaminants émergents d'intérêt via i) une cartographie de la contamination des eaux de la zone considérée en lien avec les rejets de STEP ii) l'étude du devenir des contaminants dans ces milieux au niveau de l'interface eau-sédiment traduisant ainsi la biodisponibilité de ces molécules; et iii) l'imprégnation possible dans les organismes vivants.

Le MT 4 vise à définir les conditions de mesure de réponses biologiques (biomarqueurs) en tant que signaux prédictifs de l'exposition des organismes à une contamination chimique. L'originalité du projet DIADeM est de proposer une stratégie active, basée sur l'encagement d'organismes calibrés (même population, taille, sexe...) permettant ainsi une réelle comparaison entre les sites transfrontaliers. Il sera considéré des espèces de différents groupes (poissons, invertébrés, végétaux), représentatives des cours d'eau de l'interrégion et associant des expertises transfrontalières complémentaires. A terme, l'objectif est de proposer un panel d'outils biologiques et mathématiques pouvant traduire un impact populationnel et utilisables lors du screening de sites, limitant ainsi l'approche analytique aux seules zones ateliers potentiellement à risque.

Afin de pouvoir prédire les conséquences des rejets des eaux traitées de STEP sur les populations, au cours du MT 5, une contamination de 6mois en rivières artificielles (mésocosmes) permettra d'établir des modèles mathématiques prédictifs et intégrant notamment les biomarqueurs d'intérêt pré-sélectionnés dans le MT 4.

Les avancées des MT 4 et 5 intégrées dans une présentation synthétique (indice) et confrontées aux données actuellement disponibles sur la base d'outils biocénotiques, permettront de proposer des schémas d'application des outils (encagement, biomarqueurs, modèles prédictifs) aux gestionnaires/utilisateurs transfrontaliers des milieux aquatiques en fonction des besoins (screening, surveillance, diagnostic des milieux aquatiques) (MT 6).

Ainsi, en améliorant l'évaluation de la qualité des milieux aquatiques soumis aux activités humaines, le projet DIADeM contribue au soutien des actions de gestion de l'eau et de protection, voire de restauration, de la biodiversité des écosystèmes aquatiques de l'interrégion de l'axe Meuse. En lien avec l'ensemble des services écosystémiques offert par ces différentes masses d'eau, à des fins récréatives, de potabilisation..., le projet DIADeM contribue également au maintien de la qualité de la ressource en eau pour la population de l'interrégion.

Approche proposée

Approche 1
Approche 2
Approche 3
Approche 4
Approche 5
Banner Interreg