Les grands axes fluviaux, tel que la Meuse, présentent une continuité hydrologique et écologique sans lien avec les frontières nationales. Bien que la surveillance de ces milieux s'effectue dans un cadre européen, de nombreuses initiatives visant à mettre en place de nouveaux outils ou approches se font au niveau national voire régional.

Afin de développer une continuité transfrontalière le projet DIADeM propose de mutualiser les connaissances et les savoirs-faire, en vue de déployer des solutions applicables en synergie sur l'interrégion.

Le projet permettra de générer sur l'interrégion des connaissances nouvelles et originales, mais aussi des méthodes d'évaluation de la qualité des masses d'eau non réalisables pour chacune des régions seules.

Le projet vise à rapprocher les différents acteurs transfrontaliers préoccupés par la protection des milieux aquatiques (académiques, gestionnaires, utilisateurs) tout en informant les concitoyens des risques induits par la dégradation des masses d'eau.

Contexte 1

L'utilisation commune de la ressource en eau du bassin versant de la Meuse, de part et d'autre de la frontière, implique une gestion cohérente et concertée, d'autant plus quand on sait que l'eau de la Meuse est utilisée pour la potabilisation dans la région de Namur (Wallonie).

La solidarité entre l'amont et l'aval a donc tout intérêt à être renforcée sur cette problématique des contaminants émergents pour assurer le maintien de la qualité de la ressource, en lien avec les prérogatives de la DCE (Directive 2000/60/CE).

Zone géographique d'intérêt

Au-delà des objectifs énoncés ci-dessus, le résultat attendu est d'établir et partager une vision commune de la problématique de la pollution de l'eau par les contaminants émergents et de son impact pour les ressources (actuelles et futures) en termes de services sociétaux et écosystémiques.

Le projet DIADeM assurera une meilleure sensibilisation de la population transfrontalière vis-à-vis des conséquences possibles des rejets sur les milieux naturels et favorisera ainsi à rappeller que nous pouvons tous être acteurs pour le maintien de la qualité de nos ressources.

De plus, le projet DIADeM represente un soutien fort aux formations universitaires des trois établissements impliqués (URCA, UNamur et ULg Arlon) à travers l'intégration des résultats aux unités d'enseignement mais également par des échanges (enseignants et étudiants) entre ces trois établissements ainsi qu'avec les autres instituts partenaires (INERIS, Irstea, SWDE, CER-groupe).

Banner Interreg